Blancs sur blancs, c’est in­croyable comme cette cou­leur apai­sante peut of­frir des to­na­li­tés dif­fé­rentes.

Le Journal de la Maison - - Reportage -

Ils ont trou­vé leur bon­heur à Ma­lines, en Bel­gique. Et construit la mai­son de leur rêve. « Nous avons choi­si un ter­rain calme en pleine na­ture, à proxi­mi­té des axes rou­tiers pour re­joindre Bruxelles ou An­vers fa­ci­le­ment », ex­plique Ann. Elle sou­hai­tait une mai­son pleine de lu­mière, si rare dans cette ré­gion. Des ma­té­riaux simples, sobres et na­tu­rels comme le bois et le bé­ton ci­ré. Elle et son ma­ri dé­cident de confier leur pro­jet à l’ar­chi­tecte belge Pe­ter Ja­cobs. Neuf mois de tra­vaux vont don­ner nais­sance à une mai­son mo­derne et blanche, construite sur deux ni­veaux. L’en­trée se fait cô­té rue. À contre-cou­rant des usages, les pièces à vivre sont amé­na­gées à l’étage pour cap­ter la lu­mière et pro­fi­ter de la vue sur le jar­din. L’es­pace in­time s’étire au rez-de-chaus­sée et borde la pe­louse. Les chambres et la salle de bains sont équi­pées de larges baies vi­trées avec un ac­cès di­rect sur le jar­din pour pro­fi­ter des quatre sai­sons tout au long de l'an­née. Un puits de lu­mière per­cé dans le pla­fond ac­cueille un large es­ca­lier en mé­tal par le­quel on accède à l’étage. C’est un dé­lice de dé­cou­vrir cette spa­cieuse pièce à vivre pro­lon­gée d’une ter­rasse en bois. Or­ga­ni­sée au­tour d’un îlot cen­tral blanc, la cui­sine longe cette en­fi­lade de vitres. Les élé­ments dis­gra­cieux sont dis­si­mu­lés der­rière des meubles de laque blanche. La pa­lette des nuances de blancs crée la sim­pli­ci­té du lieu. L'at­mo­sphère y est douce. Au sol, le bé­ton ci­ré trai­té en gris pâle s’ins­crit dans cet uni­vers se­rein et mi­ni­ma­liste.

Les lu­mi­naires ré­vèlent la cou­leur du blanc

Avec Ann, la mai­son prend des al­lures de ga­le­rie d’art. Les murs blancs servent de sup­port au travail de son frère, Gert Van Des­sel, plas­ti­cien et concep­teur de lu­mi­naires sur me­sure. Son travail fait écho à l’es­prit des lieux. L’éclai­rage se lit comme des sculp­tures dé­li­cates ajou­tant à chaque es­pace une in­ten­si­té sub­tile et pré­cise afin de les dif­fé­ren­cier. Ain­si, le moindre re­coin ra­conte une his­toire. Une accumulation d’am­poules aux to­na­li­tés chaudes tranche avec un lustre géo­mé­trique à la lu­mière plus franche… Chaque créa­tion dé­pose un ha­lo de dou­ceur sur les fibres tex­tiles des créa­tions de Mia Gey­sens, de­si­gner et amie d'Ann. Mia tra­vaille le style nor­dique mi­ni­ma­liste, re­haus­sé de dé­tails com­plexes et so­phis­ti­qués. Un mé­lange de ma­tières na­tu­relles re­bro­dées dans des to­na­li­tés dé­gra­dées de gris ha­bille table et mo­bi­lier. Ann sait jouer avec les mé­langes comme per­sonne. Elle a l’art de créer des contrastes in­té­res­sants. Mo­bi­lier an­nées 50 et pièces mo­dernes co­ha­bitent à mer­veille. L’en­semble est mis en scène avec jus­tesse, dou­blé d’un sens ai­gu de l’équi­libre. Ici, tout s’agence na­tu­rel­le­ment et signe une at­mo­sphère per­son­nelle, poé­tique et pleine de vie. Bé­ton, verre et blanc com­posent le dé­cor, en os­mose avec la na­ture. À Ma­lines, même entre deux pluies fines, le so­leil brille.

En­fi­lade. Uni­fiées par un sol en bé­ton ci­ré, les pièces à vivre ont choi­si de s’im­plan­ter à l’étage pour pro­fi­ter de la vue. Ta­bleaux et lu­mi­naires, Gert Van Des­sel. Pein­ture, « Ne­pal White », Le­vis. Nappe avec bou­tons de nacre, Mia Gey­sens chez Blue Hour.

Le sa­lon, dé­li­mi­té par l’angle du ca­na­pé, se dé­leste de l’in­utile pour mettre en va­leur des pièces rares, ta­bleaux, lu­mi­naires, table basse et chaises si­gnées Char­lotte Per­riand, chi­nées à Bruxelles, et même cette com­mode ache­tée chez Har­rods. Cous­sins et plaid, Mia Gey­sens chez Blue Hour.

Un ca­na­pé pro­fond in­vite à contem­pler le jar­din qui exerce son at­trac­tion sur toute la mai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.