Les 5.5 jouent et gagnent

Ils in­carnent le suc­cès du sa­voir-faire à la fran­çaise. Le sens de l’observation fait leur force. Entre leurs mains, les ob­jets les plus cou­rants sur­prennent par leur évi­dence. De­vant chaque créa­tion, on s’ex­clame : « Mais bien sûr ! »

Le Journal de la Maison - - Jlm Sommaire -

Ce ne sont plus de pe­tits jeunes. En dix ans, ils ont créé tous azi­muts. Pour Mou­li­nex, Ch­ris­tofle, Nes­pres­so… avec tou­jours la même spon­ta­néi­té ra­fraî­chis­sante. À tra­vers leurs ob­jets em­blé­ma­tiques, leur dé­marche se re­ven­dique utile, ci­toyenne, mais aus­si lu­dique et ac­ces­sible. Pleine de bon sens. L’his­toire com­mence sur les bancs de l’école où ils se ren­contrent avant de de­ve­nir in­sé­pa­rables. Et d’unir leur des­tin pour le meilleur et pour le pire. Face à leur pro­duc­tion, on ne peut s’em­pê­cher de s’ex­ta­sier de­vant tant d’in­gé­nio­si­té. Tout dé­bute à la sor­tie d’un cours. Lors d'un der­nier exer­cice entre amis, ils dé­cident de s’en­ga­ger à tra­vers une ini­tia­tive de ré­pa­ra­tion/créa­tion d’ob­jets qu’ils dé­nomment « Réa­nim ». Avec « Sau­vez les meubles », un hô­pi­tal pour ob­jets (!), ils font le tour du monde et lancent, sans le sa­voir, un cou­rant ar­tis­tique, ce­lui du dé­tour­ne­ment. Si cette ré­cup ima­gi­na­tive étonne, sé­duit et car­tonne, elle signe dé­jà leur puis­sance créa­tive dou­blée d’une âme d’en­fant. Un ADN qui au­jourd’hui n’a rien per­du de sa vi­gueur. Du luxe à la grande consom­ma­tion, le de­si­gn des 5.5 pa­raît si évident qu’il en est par­fois dé­con­cer­tant. Exit la fu­ti­li­té, chaque créa­tion pro­cède de l’observation et du bon sens. Un uni­vers qui per­cute l’in­tel­li­gence de la fonc­tion. Leurs pre­miers pas vers l’ex­té­rieur, ils les

font dans un pro­jet d’es­pace pu­blic à la Fer­té-Vi­dame où ils créent « Fon­da­tions de mo­bi­lier », des meubles en­ter­rés qui s’ef­facent sous la ligne d’ho­ri­zon pour ne pas dé­na­tu­rer l’en­vi­ron­ne­ment. Sui­vra le pro­jet « Ché­rie, j’ai ou­blié la nappe », une aire de pique-nique avec pour si­gna­lé­tique bu­co­lique et pé­renne, une nappe à car­reaux Vi­chy en pâte de verre in­crus­tée dans les élé­ments du pay­sage. Puis ils donnent nais­sance à une gamme de « Mo­bi­lier à jar­di­ner » en bé­ton dans la­quelle s'épa­nouissent buis, fou­gères ou fi­cus. Au­jourd’hui, c’est avec Qui est Paul ? que les 5.5 re­nou­vellent l’exer­cice, tou­jours tein­té de poé­sie. Si la nou­velle gamme de mo­bi­lier de jar­din « Plic Plac Ploc » fait écho au bruit de la pluie, elle prend sa source sur le ter­rain. Ins­pi­rée par le vé­gé­tal, la forme des ex­crois­sances pé­ri­phé­riques des jar­di­nières est à l’image de grands pé­tales dont la fonc­tion est de ré­cu­pé­rer l’eau de pluie pour optimiser l’ar­ro­sage des plantes. Idem pour l’ar­ro­soir pen­sé comme un sa­blier aqua­tique qui se rem­plit na­tu­rel­le­ment d’un cô­té pour se vi­der de l’autre. Dans le de­si­gn des 5.5., rien n’est ja­mais gratuit, le contexte sert tou­jours l’usage, non sans oublier la part d’au­dace. Pour preuve, leur ex­po So French by 5.5 qui s'est te­nue jus­qu'au 15 juin à l'Ate­lier Re­nault, sho­wroom du construc­teur au­to­mo­bile fran­çais sur les Champs-Ély­sées. En­core une très belle oc­ca­sion d'ap­plau­dir l’évi­dence de l’ob­jet juste et ico­no­claste.

La na­ture leur ins­pire des ob­jets à double fonc­tion… Meubles à jar­di­ner en bé­ton, jar­di­nières ré­cu­pé­rant l'eau de pluie, « Plic Plac Ploc », Qui est Paul ? Mi-vase, mi-aqua­rium, « O Aqua­rium », Sal­via­ti.

Créa­tions pé­rennes. De­puis 2007, les nappes à car­reaux des 5.5 en pâte de verre (Bi­saz­za) se dressent dans le parc de l'île de Nè­gre­pe­lisse (82). Bleu-blanc-rouge, pé­tanque et rayures ma­rines… les de­si­gners ont ren­du hom­mage au made in France à...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.