Les dé­chets se­ront trai­tés ailleurs

Le feu qui a dé­truit le centre de tri oblige Veo­lia à di­ri­ger les dé­chets re­cy­clables vers d’autres pla­te­formes, dans le Loi­ret, le Loir-et-Cher ou bien en­core la Nièvre.

Le Journal du Centre - - Faits Divers - Ré­my Beu­rion re­my.beu­rion@cen­tre­france.com

L’in­ci­né­ra­tion des dé­chets, sur la pla­te­forme mul­ti­sites de la route des Quatre­Vents, à Bourges (Cher), n’est pas une nou­velle ac­ti­vi­té de Veo­lia. Un gi­gan­tesque in­cen­die, dont l’ori­gine était en­core in­con­nue hier, a anéan­ti, mer­cre­di soir, un bâ­ti­ment de 3.600 m2 et de 12 mètres de haut qui abri­tait le centre de tri de la collecte sé­lec­tive.

Am­pu­té de son ou­til de tra­vail des dé­chets, Veo­lia a dû re­pen­ser, tem­po­rai­re­ment, son ac­ti­vi­té, pour les vingt­cinq sa­la­riés du site. Avec seule­ment deux heures de som­meil dans la nuit, le di­rec­teur de sec­teur, ve­nu de Nantes, Luc Pe­tit, était au tra­vail dès hier ma­tin, alors que le feu ron­geait tou­jours l’os­sa­ture mé­tal­lique du bâ­ti­ment dé­for­mé par la cha­leur.

Vue des usa­gers de Bourges et de son ag­glo­mé­ra­tion, la collecte sé­lec­tive ne chan­ge­ra rien à ses ha­bi­tudes, ni dans la na­ture de la collecte, ni dans son ra­mas­sage. « En re­vanche, nous al­lons de­voir ache­mi­ner les dé­chets vers un autre centre que ce­lui de Bourges », ex­plique Luc Pe­tit. Dans le dé­par­te­ment du Cher, en ef­fet, il n’existe que le centre de tri ber­ruyer qui traite huit mille tonnes de dé­chets par an. Les dé­tri­tus re­cy­clables ber­ruyers et ex­tra­ber­ruyers de­vraient prendre la di­rec­tion de Mur­de­So­logne (Loir­et­Cher), de Four­cham­bault (Nièvre) ou d’Or­léans (Loi­ret).

Pour l’ins­tant, le pré­ju­dice n’est pas éva­lué mais, d’ores et dé­jà, « le coût de trans­port de dé­chets vers un autre centre res­te­ra à la charge de Veo­lia », pré­vient son di­rec­teur.

Dans le bâ­ti­ment qui a cé­dé sous le poids des flammes, Veo­lia sé­pa­rait les dif­fé­rents pro­duits – pa­pier, plas­tique, acier, alu –, en at­tente d’être ex­pé­diés chez des re­cy­cleurs.

Quatre cents tonnes de dé­chets ont fi­ni en fu­mée. Une fu­mée épaisse qu’un vent a ex­pé­diée vers le lo­tis­se­ment, proche du Creps, « sans dan­ge­ro­si­té », pour les ri­ve­rains, pré­cise­t­on à la pré­fec­ture du Cher.

Quant aux eaux d’ex­tinc­tions, cette eau qui a ser­vi à noyer le feu, elle n’a gé­né­ré, tou­jours se­lon la pré­fec­ture aucune pol­lu­tion ex­té­rieure. Le site des Quatre­Vents pos­sède son propre bas­sin de ré­ten­tion. ■

PHO­TO PIERRICK DELOBELLE

SI­NISTRE. 400 tonnes de dé­chets sont par­ties en fu­mée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.