Ge­ne­viève Cases, la pa­tience

Ces spor­tifs sur qui le temps ne semble pas avoir de prise

Le Journal du Centre - - Grand Nevers -

L’Asav compte 3.000 li­cen­ciés. Par­mi eux, des “anciens” qui ne laissent pas le temps fi­ler sur eux. Por­trait de trois d’entre eux. Exemplaires.

Née, à Ne­vers, en 1927, Ge­ne­viève Cases, 91 ans, est l’aî­née, en­core en ac­ti­vi­té, des 3.000 li­cen­ciés ap­par­te­nant aux vingt­quatre sec­tions de l’Asav.

Ayant tra­vaillé pen­dant qua­rante­deux ans à la Tré­so­re­rie gé­né­rale au rythme de 48 heures de tra­vail par se­maine, elle a dé­cou­vert le sport à sa re­traite : « Pour moi, le sport com­mence à 60 ans ! », ex­plique­t­elle.

« Quand j’étais en­fant, il y avait très peu de clubs spor­tifs. On al­lait seule­ment, une fois par an, pas­ser des di­plômes spor­tifs au Pré­Fleu­ri. Au cours de ma vie pro­fes­sion­nelle, j’ai eu éga­le­ment peu l’oc­ca­sion de faire du sport. J’avais ma fille, Ma­rie­Jo­sée, à éle­ver et nous tra­vail­lions six jours sur sept. Et puis, nous étions moins au­to­nomes pour sortir. Peu de femmes avaient le per­mis de conduire. »

Exer­cices adap­tés

Dès le dé­but de sa re­traite, Ge­ne­viève s’est je­tée, avec pas­sion, dans la pra­tique spor­tive : gym vo­lon­taire aux Mon­tots, yo­ga, vé­lo, gym aquatique, ran­don­née. « Moi qui vou­voyais tout le monde, j’ai ren­con­tré, dans le sport, des gens qui me tu­toyaient. Je me suis vite ha­bi­tuée. Des ami­tiés sont nées. Je me suis rap­pro­chée de col­lègues avec les­quelles je n’avais au­cune af­fi­ni­té au­pa­ra­vant au tra­vail ».

Au­jourd’hui, à 91 ans, Ge­ne­viève conti­nue de se rendre à la salle Mar­celRo­bin une ou deux fois par se­maine. « J’ai le plai­sir de ve­nir avec ma fille qui fait de la gym vo­lon­taire à l’Asav éga­le­ment. Je fais ce que je peux, des pe­tits exer­cices d’équi­libre, du tra­vail de mé­moire, de la gym douce grâce aux édu­ca­trices qui me pro­posent des exer­cices adap­tés. J’ai réus­si à suivre les en­traî­ne­ments en en­tier jus­qu’à l’âge de 83 ans ! »

Ne pas vivre en de­hors du monde

La “cham­pionne”, qui fait éga­le­ment 30 mi­nutes de vé­lo d’ap­par­te­ment tous les jours, n’est pas fa­cile à ar­rê­ter : deux jours après une chute qui lui a ou­vert la tête, elle était à la salle avec ses bas­kets ! « Ge­ne­viève est un exemple de vo­lon­té pour tout le club », ex­plique Jacqueline Bey­rand, pré­si­dente de la gym vo­lon­taire.

« C’est aus­si une per­son­ ne d’une gen­tillesse ex­tra­or­di­naire qui a of­fert un pot à toutes ses co­pines d’en­traî­ne­ment pour ses 90 ans. Les li­cen­cié(e) s d’un “cer­tain” âge sont de plus en plus nom­breux puis­qu’au club, nous avons huit oc­to­gé­naires et qua­rante et un sep­tua­gé­naires. »

Pour conclure, Ge­ne­viève confie que le sport lui per­met de ne pas vivre en de­hors du monde, mais c’est aus­si une chance pour le monde de ne pas être pri­vé d’une telle per­sonne sou­riante, drôle et pleine de vie. ■

➔ Demain. Gérard Eray, ten­nis­man de 88 ans.

GYM VO­LON­TAIRE. Ge­ne­viève Cases vient à la salle de sports une à deux fois par se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.