CRO­QUÉ PAR… Jim Har­ri­son Ri­ta Mer­cedes

Le Magazine Littéraire - - Presto -

Der­nières nou­velles : belle so­brié­té du titre ras­sem­blant les toutes der­nières nou­velles de Jim Har­ri­son, dé­cé­dé en mars 2016. C’est comme si nous cap­tions les der­nières émis­sions d’une sonde. D’au­tant plus que l’écri­ture du grand au­teur du Mid­west s’as­si­mile fa­ci­le­ment à l’en­re­gis­tre­ment de vi­bra­tions. Ici les vies nar­rées ne se dé­roulent pas li­néai­re­ment, mais se pré­sentent en­tre­lar­dées de ré­mi­nis­cences – les éma­na­tions du pas­sé – et se­couées par ce que l’exis­tence a à of­frir comme com­pli­ca­tions – les ondes du pré­sent. Le gé­nie de l’écri­vain s’y ex­prime : sous ces vies simples, la nar­ra­tion mul­ti­plie – dis­crè­te­ment, comme par un glis­se­ment im­per­cep­tible – les em­bar­dées vers d’autres époques, d’autres fi­gures, voire d’autres es­pèces (poules, chien, che­vaux…). Der­rière cette im­pres­sion de dis­per­sion, un fil rouge : Ca­the­rine, Chien Brun et l’ins­pec­teur Sun­der­son, cha­cun des per­son­nages de ces his­toires, s’in­ter­rogent sur l’en­fance, la pa­ren­té, la fa­mille. Parce que Chien Brun a beau avoir com­pris un jour « qu’on était juste de la viande », on de­meure pour Jim Har­ri­son une viande sen­ti­men­tale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.