La vogue du bien­dor­mir sti­mule le mar­ché

Plus de tech­no, plus de confort, plus d’es­thé­tique… La li­te­rie fran­çaise en­tend pro­fi­ter des op­por­tu­ni­tés

Le Nouvel Économiste - - LA UNE - CH­LOË VIO­LETTE

“La li­te­rie évo­lue très len­te­ment. Quand on pré­sente une in­no­va­tion, on voit des chan­ge­ments sur 15 ans. Or, sur les grandes lar­geurs, la pro­gres­sion est no­table en 4 ans.”

Si l’on en croit les nou­veau­tés pré­sen­tées au sa­lon Es­prit meuble de Pa­ris, l’er­go­no­mie et le confort sont le nerf de la guerre de la li­te­rie. Mais évo­lu­tions et in­no­va­tions se concentrent aus­si sur l’es­thé­tique, la dé­co­ra­tion… et le mar­ke­ting. Le bien-dor­mir est un en­jeu ma­jeur, son im­por­tance pour la san­té et la qua­li­té de vie en gé­né­ral est de mieux en mieux connue. Les consom­ma­teurs ne s’y trompent pas : ils sont de­man­deurs d’in­no­va­tions. Et pour ce faire, les marques montent en gamme.

Long­temps, le sec­teur de la li­te­rie est res­té en­dor­mi. “Sur le plan tech­nique, c’est l’ap­pa­ri­tion de la mousse à mé­moire de forme, le vis­co, qui est mar­quante”, es­time Gé­rard De­lautre, pré­sident de l’As­so­cia­tion pour la li­te­rie. Une in­no­va­tion haut de gamme in­ter­ve­nue il y a une quin­zaine d’an­nées. “Ce nou­veau mar­ché s’est sta­bi­li­sé”, es­time Erec Glo­gow­ki, bu­si­ness unit ma­na­ger France et Bel­gique d’Hil­ding An­ders, pre­mier fa­bri­cant d’Eu­rope et troi­sième en France. Au­jourd’hui la ten­dance est aux ma­te­las qui vont en s’élar­gis­sant. “Le 160 x 200 cm pro­gresse ra­pi­de­ment. Nous avons réa­li­sé une étude avec TNS Sofres qui montre que les jeunes plé­bis­citent le 180 x 200, voire le 200 x 200. C’est, à mon sens, le plus gros chan­ge­ment ac­tuel sur ce mar­ché, ex­plique Gé­rard De­lautre. La li­te­rie évo­lue très len­te­ment. Quand on pré­sente une in­no­va­tion, on voit des chan­ge­ments sur 15 ans. Or, sur les grandes lar­geurs, la pro­gres­sion est no­table en 4 ans.” En moyenne un peu plus cher, il re­pré­sente un gain en confort et en qua­li­té de som­meil. Autre nou­veau­té, les ma­te­las vont en s’épais­sis­sant. “Ça re­lève de l’es­thé­tique. Les clients cherchent aus­si des ma­te­las blancs ou écrus, les cou­leurs et les mo­tifs sont pas­sés de mode puis­qu’ils se voient au tra­vers du linge de mai­son.” Car l’im­por­tance ac­crue ac­cor­dée à l’es­thé­tique a un fort im­pact sur les marques.

De­mande d’es­thé­tisme

La chambre, pièce in­time par ex­cel­lence, a long­temps été né­gli­gée en termes de dé­co­ra­tion et d’ameu­ble­ment puis­qu’elle ne ré­pon­dait qu’à des be­soins fonc­tion­nels. C’est bel et bien fi­ni. Le consom­ma­teur, au mo­ment de s’équi­per, cherche le meilleur aus­si bien en confort que sur l’as­pect vi­suel. “La li­te­rie doit dé­jà être un élé­ment de dé­co­ra­tion en elle-même : ma­te­las, tête de lit… Il ffaut être dans la ten­dance”, ex­plique Éric Le Corre, di­rec­teur gé­né­ral des li­te­ries Du­vi­vier. Un constat que par­tage Va­nes­sa Gwin­ner, fon­da­trice de My Pa­lace Col­lec­tion : “les gens sont très de­man­deurs de confort, de tech­no­lo­gie, mais aus­si d’es­thé­tique. On ne veut plus du lit de pa­pa et ma­man où on dort sans trop se po­ser de ques­tion. Les pro­duits nus – couettes et ma­te­las – doivent dé­jà être beaux. Il est bien ren­tré dans l’es­prit des gens que la li­te­rie se change et évo­lue se­lon les mo­ments de la vie : pre­mière ins­tal­la­tion, en couple…”

L’évo­lu­tion ré­cente la plus mar­quante reste ce­pen­dant la prise de conscience de l’im­por­tance du som­meil sur la san­té. Et donc, de l’in­té­rêt de s’équi­per en qua­li­té. Les be­soins va­riant se­lon les pu­blics, il est né­ces­saire pour les marques de pro­gres­ser sur le confort et de pro­po­ser un pa­nel élar­gi en s’ap­puyant sur des in­no­va­tions tech­no­lo­giques. Éric Le Corre ex­plique ain­si : “chez nous, le res­sort est un sa­voir-faire, ça fait 90 ans qu’on en fait. On pro­pose des offres larges en mixant res­sort, mousse vé­gé­tale, vis­co… Le cri­tère nu­mé­ro 1, c’est le confort, mais la qua­li­té est fon­da­men­tale. Notre nou­velle gamme At­lan­tis ré­pond aux nou­velles exi­gences er­go­no­miques. Elle s’adapte au corps grâce à un sys­tème bre­ve­té de lames en fibre de verre. En 2015, nous avons bre­ve­té un sys­tème d’aé­ra­teur qui per­met de faire du­rer plus long­temps le ma­te­las en le gar­dant sec et sain.”

Une spé­ci­fi­ci­té fran­çaise ?

‘Le Pa­ri­sien’ a pu­blié en avril 2018 une étude No­kia d’après la­quelle les Fran­çais se­raient les cham­pions d’Eu­rope du som­meil, en termes de du­rée et de qua­li­té des nuits. Le mar­ché se­rait-il alors plus qua­li­ta­tif ici qu’ailleurs ? “En France, hors le bas de gamme, les pro­duits sont de qua­li­té. Les gammes sont plus éten­dues et il y a plus de choix”, ex­plique Gé­rard De­lautre. Ce qui est cer­tain, c’est qu’il y a un sa­voir-faire des marques fran­çaises… et qu’il se vend de mieux en mieux. “Nous al­lons re­ce­voir le la­bel Ori­gine France ga­ran­tie. C’est quelque chose d’im­por­tant pour nous. La ten­dance de fond est au ‘fait en France’ et à sa pro­mo­tion. C’est une de­mande réelle des

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.