So­lu­tions de paie­ment, plu­tôt carte ou wal­let ?

Le Nouvel Économiste - - La Une -

La concur­rence fait rage avec l’ar­ri­vée d’ap­pli­ca­tions mo­biles lan­cées à la fois par des construc­teurs (telles qu’Apple Pay, Google Pay, Sam­sung Pay), des opé­ra­teurs de té­lé­pho­nie (Orange Cash), des banques (Pay­lib) ou en­core d’ac­teurs mixtes (Lyf Pay)

Pay, Google Pay, Sam­sung Pay), des opé­ra­teurs de té­lé­pho­nie (Orange Cash), des banques (Pay­lib)y) ou en­core d’ac­teurs mixtes (Lyf Pay). À tel point que les ex­perts ont bien du mal à prédire quelles so­lu­tions ga­gne­ront le com­bat. “Les wal­lets qui vont mou­rir sont ceux qui ne fe­ront pas as­sez de vo­lume et qui n’au­ront pas réus­si à faire adhé­rer les com­mer­çants et les consom­ma­teurs, car il est né­ces­saire de jouer sur les deux ter­rains pour sur­vivre”, avance An­ton Bie­la­koff. Avec ces wal­lets, qui per­mettent de com­bi­ner les fonc­tions de paie­ment, de fi­dé­li­té et l’uti­li­sa­tion de la ca­gnotte, plus be­soin de sor­tir sa carte, juste de bi­per son té­lé­phone à un ter­mi­nal. Uti­li­sables à la fois pour des paie­ments de proxi­mi­té ou sur des sites de e-com­merce, l’ex­pé­rience client s’en trouve amé­lio­rée, un point dé­ter­mi­nant pour la fi­dé­li­sa­tion, tout en ré­dui­sant le temps de pas­sage en caisse. Mais

ils per­mettent aus­si, comme l’in­dique Fré­dé­ric Le­cerf, di­rec­teur

gé­né­ral dé­lé­gué de Lyf Pay, “d’en­ri­chir sa tran­sac­tion avec des don­nées ano­ny­mi­sées pour agir, dans un se­cond temps, sur la dy­na­mique com­mer­ciale”. “Ces wal­lets per­mettent aus­si aux com­mer­çants de réa­li­ser des éco­no­mies sur la ges­tion du cash et no­tam­ment sur le comp­tage de la caisse, la conser­va­tion et le trans­port des es­pèces à la banque”, note Ro­main Go­dard, as­so­cié à l’en­ti­té de conseil en stra­té­gie de PwC, Stra­te­gy&. Pour Mar­ti­na Wei­mert, part­ner au sein du ca­bi­net Oli­ver Wy­man, nul doute que l’on s’ache­mine

vers des wal­lets “qui vont in­té­grer plus de va­leur ajou­tée et de moyens de paie­ments, en al­lant vers de l’ins­tant paie­ment ou la ges­tion de la fi­dé­li­té”. Ro­main Go­dard rap­pelle que l’on de­vrait pas­ser de 2 à 4 mil­liards de cou­pons vir­tuels en 2022, “ce qui fait aus­si moins de cartes per­dues et de pa­pier à gé­rer

pour les com­mer­çants”. Ces don­nées de­viennent même, pour cer­tains, un en­jeu de sou­ve­rai­ne­té. C’est pour­quoi de grands ac­teurs comme BNP, Cré­dit Mu­tuel, Au­chan et Car­re­four ont choi­si de se réunir pour pro­po­ser une so­lu­tion col­la­bo­ra­tive, Lyf Pay, afin que les don­nées re­cueillies ne tombent pas dans l’es­car­celle de grands ac­teurs comme Google ou Ali­pay.

Vers l’ajoutj de la bio­mé­trie ou des QR codes ?

Mais pour se dé­ployer et convaincre face à la carte bleue, très an­crée dans les moeurs, ces nou­velles so­lu­tions de­vront ré­pondre à des at­tentes de sé­cu­ri­té et de flui­di­té. Plus ques­tion pour l’uti­li­sa­teur de de­voir en­trer l’en­semble de ses don­nées à chaque tran­sac­tion, voire même de sai­sir un code. Cer­taines ap­pli­ca­tions pro­posent de gé­né­rer un QRCode à scan­ner pour payer le com­mer­çant.

“L’avan­tage, c’est que le QRCode est li­sible par la plu­part des lec­teurs, y com­pris dans les pays en voie de dé­ve­lop­pe­ment”, pré­cise An­ton Bie­la­koff, à Ly­ra Net­work. Mais l’Eu­rope a plu­tôt choi­si la voie de la bio­mé­trie pour amé­lio­rer l’ex­pé­rience des uti­li­sa­teurs, en uti­li­sant la trans­mis­sion NFC, dé­jà in­té­gré sur la moi­tié des ter­mi­naux de paie­ments. Apple ou Sam­sung Pay pro­posent ain­si de va­li­der les tran­sac­tions avec une em­preinte di­gi­tale, et la marque à la pomme est même al­lée jus­qu’à em­bar­quer la re­con­nais­sance fa­ciale au sein de son iP­hone X. D’autres so­lu­tions, comme la re­con­nais­sance de l’iris ou de la voix, se­raient éga­le­ment en­vi­sa­geables.

“Avec l’essor des wea­rables [ob­jets prêt-à-por­ter connec­tés, ndlr], on au­ra ac­cès d’ici 2021 à une di­zaine de sources de bio­mé­trie qui s’adap­te­ront aux cas d’usage. Si l’on est en voi­ture, on uti­li­se­ra plu­tôt sa voix pour ré­gler le péage”, es­time Xa­vier Lar­du­nat, ma­na­ger mar­ke­ting chez Ge­mal­to. Mas­terCard a lui-même de­man­dé

Mas­terCard a lui-même de­man­dé à ses par­te­naires ban­caires de s’en­ga­ger à pro­po­ser au moins une fonc­tion d’iden­ti­fi­ca­tion bio­mé­trique à leurs clients

“Les wal­lets per­mettent d’en­ri­chir les tran­sac­tions avec des don­nées ano­ny­mi­sées pour agir, dans un se­cond temps, sur la dy­na­mique com­mer­ciale.” Fré­dé­ric Le­cerf, Lyf Pay.

“On es­time que l’on pas­se­ra de 2 à 4 mil­liards de cou­pons vir­tuels en 2022, ce qui fait aus­si moins de cartes per­dues et de pa­pier à gé­rer pour les com­mer­çants.” Ro­main Go­dard, Stra­te­gy&.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.