Qu’est de­ve­nu l’ob­jec­tif de 50 Mds€ d’éco­no­mies de Fran­çois Hol­lande ?

À peine la moi­tié ont été réa­li­sés

Le Nouvel Economiste - - La Une - FRAN­ÇOIS ECALLE

Lors de sa confé­rence de presse du 14 jan­vier 2014, le pré­sident de la Ré­pu­blique Fran­çois Hol­lande avait confir­mé l’ob­jec­tif de 50 Mds€ d’éco­no­mies sur les dé­penses pu­bliques au cours des an­nées 2015 à 2017 qui avait été an­non­cé par le gou­ver­ne­ment quelques se­maines plus tôt. Cet ob­jec­tif est de­ve­nu une constante de la po­li­tique bud­gé­taire pen­dant la suite du quin­quen­nat...

Lors de sa confé­rence de presse du 14 jan­vier 2014, le pré­sident de la Ré­pu­blique Fran­çois Hol­lande avait confir­mé l’ob­jec­tif de 50 Mds€ d’éco­no­mies sur les dé­penses pu­bliques au cours des an­nées 2015 à 2017 qui avait été an­non­cé par le gou­ver­ne­ment quelques se­maines plus tôt. Cet ob­jec­tif est de­ve­nu une constante de la po­li­tique bud­gé­taire pen­dant la suite du quin­quen­nat.

Comme dans beau­coup de pays, une éco­no­mie de 1 Md€ une an­née N ne si­gni­fie pas que le mon­tant des dé­penses pu­bliques de l’an­née N est in­fé­rieur de 1 Md€ à ce­lui de l’an­née N-1. Elle si­gni­fie que les dé­penses de l’an­née N sont in­fé­rieures de 1 Md€ à ce qu’elles au­raient été si au­cune me­sure nou­velle n’avait été prise pour en li­mi­ter la crois­sance. En ef­fet, des dé­penses comme les retraites aug­mentent for­te­ment chaque

Une éco­no­mie de 1 Md€ une an­née N ne si­gni­fie pas que le mon­tant des dé­penses pu­bliques de l’an­née N est in­fé­rieur de 1 Md€ à ce­lui de l’an­née N-1. Elle si­gni­fie que les dé­penses de l’an­née N sont in­fé­rieures de 1 Md€ à ce qu’elles au­raient été si au­cune me­sure nou­velle n’avait été prise pour en li­mi­ter la crois­sance.

an­née du fait no­tam­ment de leur in­dexa­tion sur les prix et de la crois­sance du nombre de re­trai­tés. Pour seule­ment ra­len­tir leur hausse, il faut prendre des me­sures dif­fi­ciles comme la dés­in­dexa­tion des pen­sions ou le re­lè­ve­ment de l’âge mi­ni­mal de dé­part en re­traite.

Les 50 Mds€ d’éco­no­mies cor­res­pon­daient à l’écart entre le mon­tant des dé­penses pré­vues pour 2017 et le mon­tant qui au­rait ré­sul­té de leur “crois­sance ten­dan­cielle”, c’est-à-dire sans nou­velles me­sures, de 2014 à 2017, ces mon­tants étant ex­pri­més en eu­ros constants et hors cré­dits d’im­pôts. L’es­ti­ma­tion de la crois­sance ten­dan­cielle des dé­penses pu­bliques est donc es­sen­tielle pour chif­frer les éco­no­mies. Elle est re­la­ti­ve­ment fa­cile pour les pen­sions de re­traite, leur crois­sance ten­dan­cielle étant dé­ter­mi­née par des fac­teurs dé­mo­gra­phiques et éco­no­miques bien connus, mais elle est sou­vent très dif­fi­cile, no­tam­ment pour des dé­penses ayant un ca­rac­tère dis­cré­tion­naire comme les in­ves­tis­se­ments.

Une pro­gres­sion des dé­penses pu­bliques de 1,1 % en vo­lume par an en moyenne

Les es­ti­ma­tions de la crois­sance ten­dan­cielle des dé­penses pu­bliées par le mi­nis­tère des Fi­nances au cours de ces an­nées ont beau­coup va­rié et n’ont ja­mais été vrai­ment jus­ti­fiées. En re­vanche, l’Ins­pec­tion gé­né­rale des fi­nances et la Cour des comptes avaient me­né des tra­vaux ap­pro­fon­dis en 2012 qui concluaient à une crois­sance ten­dan­cielle en vo­lume (eu­ros constants) de 1,5 % par an des dé­penses pu­bliques.

Les comptes des ad­mi­nis­tra­tions pu­bliques pu­bliés fin mars par l’In­see montrent que la pro­gres­sion des dé­penses pu­bliques en vo­lume a été en moyenne de 1,1 % par an sur les an­nées 2015-2017. Les éco­no­mies réa­li­sées se sont ain­si éle­vées à un peu moins de 5 Mds€ par an, soit 14 Mds€ en cu­mul sur ces trois exer­cices.

Les dé­penses de 2017 ont tou­te­fois été ma­jo­rées de 5 Mds€ par le rem­bour­se­ment de la taxe sur les di­vi­dendes. Si cette dé­pense ex­cep­tion­nelle est mise à part, bien que les gou­ver­ne­ments du quin­quen­nat pré­cé­dent en soient lar­ge­ment res­pon­sables, les éco­no­mies réa­li­sées sur 2015-2017 sont de 19 Mds€. En tout état de cause, ce­la ne fait pas la moi­tié des 50 Mds€ at­ten­dus.

Le site www.fi­pe­co.fr dé­ve­loppe les ana­lyses de Fran­çois Ecalle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.