Les États-Unis tentent de ré­duire leur avance dans la 5G

Les États-Unis tentent de ré­duire l’avance de la Chine dans la course à la 5G en blo­quant cer­taines ex­por­ta­tions.

Le Nouvel Économiste - - La Une - PHILIPPE BARRET

In­quietsq de l’avance des en­tre­prises p chi­noises dans la 5G, les États-Unis ont in­ter­dit l’ex­por­ta­tion vers la Chine de cer­tains com­po­sants in­dis­pen­sables à la mise en oeuvre de cette tech­no­lo­gie. Les deux prin­ci­pales en­tre­prises chi­noises tou­chées par ces me­sures sont Hua­wei et sur­tout ZTE (Zhongxing Te­le­com­mu­ni­ca­tion Equip­ment) Corp. Les en­tre­prises amé­ri­caines concer­nées sont Qual­comm et In­tel pour les puces élec­tro­niques, Aca­cia et Lu­men­tum pour les com­po­sants op­tiques. C’est de­puis 2013 que la Chine s’est en­ga­gée dans la pré­pa­ra­tion du ré­seau 5G, plus ra­pide et plus éco­nome en éner­gie que ses pré­dé­ces­seurs, en créant un groupe de pro­mo­tion char­gé de co­or­don­ner les ef­forts des opé­ra­teurs de ser­vices mo­biles, des fa­bri­cants et des ins­ti­tuts de re­cherche. Au­jourd’hui, un pro­gramme d’es­sai d’un site en plein air de la 5G a été lan­cé dans un ar­ron­dis­se­ment de Pé­kin. L’an­née der­nière dé­jà, Hua­wei avait mis au point de “Hua­wei P10”, avec une vi­tesse de té­lé­char­ge­ment deux fois plus ra­pide que sur un té­lé­phone mo­bile 4G. De son cô­té, ZTE a fa­bri­qué un té­lé­phone ca­pable de té­lé­char­ger un gi­ga­bit par se­conde, soit la vi­tesse vi­sée par la 5G. Dans les ères des 2G, 3G et 4G, la Chine avait pris du re­tard sur ses concur­rents oc­ci­den­taux. Pour la 5G, elle a pris de l’avance. Elle pré­voit une com­mer­cia­li­sa­tion de cette nou­velle gé­né­ra­tion de té­lé­phones por­tables en 2020. Le dé­ve­lop­pe­ment de la 5G a été ins­crit dans le pro­gramme “Made in Chi­na 2025” et dans le plan na­tio­nal pour les tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion du 13e plan quin­quen­nal. Dans ce cadre, ZTE est en train d’ins­tal­ler une pla­te­forme tech­no­lo­gique 5G en Ita­lie, soit son avant-garde eu­ro­péenne. L’en­tre­prise pré­voit d’ou­vrir 13 nou­veaux centres de re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment en Ita­lie. Elle vise à faire de ce dis­po­si­tif, la plus im­por­tante ex­pé­rience dans le do­maine des té­lé­com­mu­ni­ca­tions en Eu­rope. Au reste, ZTE opère dé­jà dans 140 pays et em­ploie plus de 30 000 cher­cheurs.

ZTE, les moyens de la ri­poste

La dé­ci­sion amé­ri­caine est évi­dem­ment un coup dur pour les en­tre­prises chi­noises. L’in­ter­dic­tion d’achat de com­po­sants amé­ri­cains est pré­vue pour sept ans. Elle ne

L’in­ter­dic­tion d’achat de com­po­sants amé­ri­cains est pré­vue pour sept ans. Elle ne de­vrait pas en­tra­ver la fa­bri­ca­tion des équi­pe­ments 5G, mais de­vrait nuire à celle des smart­phones et à toute am­bi­tion en ma­tière de centre de don­nées 5G.

de­vrait pas en­tra­ver la fa­bri­ca­tion des équi­pe­ments 5G, mais de­vrait nuire à celle des smart­phones et à toute am­bi­tion en ma­tière de centre de don­nées 5G. Le mi­nis­tère chi­nois du Com­merce a aus­si­tôt ré­agi par la voix de son porte-pa­role : “Si les États-Unis pensent pou­voir frei­ner le dé­veg lop­pe­ment de la Chine et la contraindre à faire des conces­sions au moyen d’un pro­tec­tion­nisme uni­la­té­ral pré­ju­di­ciable aux in­té­rêts des en­tre­prises chi­noises et amé­ri­caines, ils se trompent”. C’est que ZTE dis­pose des moyens d’une ri­poste : l’en­tre­pri­sep ppos­sède 14 bu­reaux et 6 centres de re­cherche aux États-Unis,sou­tep nant près de 130 000 em­plois dans les hautes tech­no­lo­gies dans ce même pays. Elle a aus­si de nom­breuses en­tre­prises ppar­te­naires aux États-Unis, et dans d’autres pay­soc­ci­denp taux, qui pour­raient pâ­tir de cette in­ter­dic­tion d’ex­por­ta­tion. Et donc pro­tes­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.