Les pro­duc­teurs de­mandent des im­pres­sions dif­fé­rentes d’éti­quettes pour créer des col­lec­tions de vin

Le Nouvel Économiste - - DOSSIERS -

En France, le mar­ché de l’éti­quette de vin est éva­lué à plus de 250 mil­lions d’eu­ros et compte près de 70 im­pri­meurs. L’im­pres­sion nu­mé­rique a boos­té le sec­teur en per­met­tant de ré­pondre aux de­mandes de pe­tites sé­ries. L’im­pri­meur Ines­sens en a fait le constat. Ou­vert fin 2015 en Gi­ronde, Di­git La­bels, son site en­tiè­re­ment spé­cia­li­sé dans l’im­pres­sion nu­mé­rique, re­pré­sente dé­jà 10 % de son ac­ti­vi­té. “Nous tra­vaillons l’in­no­va­tion en nu­mé­rique sur deux axes : le ver­nis nu­mé­rique et les don­nées va­riables, ex­plique Ch­ris­telle Du­bois, di­rec­trice mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion. Pas be­soin d’ou­tils spé­ci­fiques pour ap­pli­quer le ver­nis sur l’éti­quette : il est pos­sible d’avoir un ef­fet brillant, de qua­li­té comme en sé­ri­gra­phie et en off­set, et jouer des contrastes entre pa­pier mat et brillance. Avec les don­nées va­riables, nous avons la pos­si­bi­li­té d’im­pri­mer plu­sieurs éti­quettes en chan­geant un élé­ment (le dé­cor, la cou­leur de la po­lice, texte).”

Ré­sul­tat : de nom­breux clients de­mandent à la so­cié­té 6 à 8 im­pres­sions dif­fé­rentes d’éti­quettes pour créer des col­lec­tions de vin. “Nous avons ré­cem­ment tra­vaillé pour une marque de vin ro­sé, qui sou­hai­tait tou­cher une clien­tèle fé­mi­nine. Le dé­cor, c’est-à-dire le fond de l’éti­quette, a été mo­di­fié pour illus­trer 6 mo­ments dif­fé­rents de consom­ma­tion : une femme sur une chaise longue bu­vant du ro­sé, une autre jouant au golf, deux amies à la table d’un bis­trot, en bord de pis­cine…”, ajoute-t-elle.

Ines­sens dé­ve­loppe des ser­vices de la créa­tion à l’ac­com­pa­gne­ment au ni­veau de la pose, une offre de sto­ckage et de re­pi­quage sur son site d’Orange. “Avec le nu­mé­rique, nous n’en­voyons que les vo­lumes dont les clients ont be­soin. Nous pou­vons faire du re­pi­quage sur l’éti­quette en ajou­tant le mil­lé­sime et le de­gré as­so­cié, à la de­mande. La réa­li­sa­tion de contre-éti­quettes est éga­le­ment fa­ci­li­tée. Il existe des men­tions lé­gales spé­ci­fiques dans chaque pays. Nous pou­vons les in­té­grer ra­pi­de­ment dans la langue adap­tée pour de pe­tits vo­lumes, entre 40 000 et 50 000 éti­quettes”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.