Hol­lande règle ses comptes en pu­blic

De­vant des mi­li­tants so­cia­listes, l’an­cien chef de l’Etat a sé­vè­re­ment cri­ti­qué (sans le nom­mer) son suc­ces­seur et pré­ci­sé qu’il n’avait « ja­mais quit­té la vie politique ».

Le Parisien (Essonne) - - LA UNE - DE NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL QUEN­TIN LAURENT À CHER­BOURG (MANCHE)

avec un peu de re­tard. Une ha­bi­tude. Mais sans pa­ra­pluie, lui pour­tant ha­bi­tué aux mé­téos ca­pri­cieuses. « De­puis des an­nées, en­semble nous conju­rons la pluie ! » s’est amu­sé Fran­çois Hol­lande, de­vant près de 250 mi­li­tants et sym­pa­thi­sants so­cia­listes réunis pour l’écou­ter. De pas­sage pour dé­di­ca­cer son livre « les Leçons du pou­voir » (Stock), l’an­cien pré­sident s’est af­fi­ché avec son ex-Pre­mier mi­nistre Ber­nard Ca­ze­neuve, an­cien maire et dé­pu­té de Cher­bourg. L’oc­ca­sion de se li­vrer à une énième dé­fense du bi­lan de son quin­quen­nat. Mais aus­si de dé­li­vrer un cer­tain nombre de piques à son suc­ces­seur, Em­ma­nuel Ma­cron. Sans ja­mais le nom­mer, mais en mul­ti­pliant les ré­fé­rences plus ou moins ex­pli­cites à l’en­contre de ce­lui qu’il a lui-même pro­pul­sé sous les feux de la rampe lors du quin­quen­nat pré­cé­dent.

« Je ne veux pas com­pli­quer la tâche de ceux qui hé­sitent ! » a fan­fa­ron­né Hol­lande à pro­pos du pré­lè­ve­ment à la source, pro­jet dont il avait ini­tié l’idée et sur le­quel l’ac­tuel gou­ver­ne­ment semble ter­gi­ver­ser. Car Ma­cron dit at­tendre « des ré­ponses pré­cises » sur le su­jet afin de sa­voir si la me­sure s’ap­pli­que­ra comme pré­vu dès jan­vier 2019. « Mais cette ré­forme, elle était prête ! Les fonc­tion­naires du mi­nis­tère ont fait tout le tra­vail. Après, c’est un pro­blème de choix politique », ré­plique Hol­lande à “ON

NE PEUT PAS ÊTRE SIM­PLE­MENT DANS LA GES­TION, L’AC­CU­MU­LA­TION DE RÉ­FORMES SOI-DI­SANT IN­DIS­PEN­SABLES ” ceux qui l’ac­cusent d’avoir mal pré­pa­ré le dossier.

Sous-en­ten­dant que son suc­ces­seur pour­rait man­quer de convic­tions et d’une « vi­sion politique », il lâche : « On ne peut pas être sim­ple­ment dans la ges­tion, l’ac­cu­mu­la­tion de ré­formes soi-di­sant in­dis­pen­sables. » Et de ta­cler « le nar­cis­sisme, une ter­rible ma­la­die » des hommes po­li­tiques, qui peut être nour­ri par cer­tains mé­dias.

Hol­lande s’en est éga­le­ment pris au « li­bé­ra­lisme » prô­né par l’exé­cu­tif — ce­lui de Ma­cron ? « Ça peut l’être, oui » —, poin­tant « la mise en cause des ser­vices pu­blics, la di­mi­nu­tion des droits so­ciaux ». « Le li­bé­ra­lisme en­tre­tient le po­pu­lisme », af­firme-t-il, met­tant éga­le­ment en cause « une cer­taine gauche », celle de Mé­len­chon, « qui trouve que le ré­gime de Ma­du­ro au Ve­ne­zue­la, c’est pas si mal ». Ap­plau­dis­se­ments dans la salle.

CONFÉ­RENCES IN­TER­NA­TIO­NALES

Même si cer­tains n’ap­pré­cient pas for­cé­ment de voir l’an­cien pré­sident don­ner des leçons de « gauche », après un quin­quen­nat si dé­crié. « Il faut pas­ser à autre chose. Il s’est quand même im­pri­mé dans l’es­prit des Fran­çais que Hol­lande a échoué », grince Ch­ris­tian Ber­nard, se­cré­taire de la sec­tion de Cher­bourg. « Il a rai­son de conti­nuer, il a ça en lui. Il peut en­core nous faire pro­fi­ter de son ex­pé­rience », juge à l’in­verse Bar­ba­ra, une sym­pa­thi­sante so­cia­liste lo­cale.

Des mes­sages, Hol­lande en a aus­si dé­li­vré à sa propre fa­mille politique, met­tant en garde ceux qui vou­draient je­ter son bi­lan avec l’eau du bain. « Rien ne se conquiert dans la pré­ten­tion, l’ou­bli, la contri­tion », a-til lan­cé. L’an­cien pré­sident, qui va pour­suivre sa tour­née de dé­di­caces jus­qu’à la fin sep­tembre, en­ta­me­ra en­suite une sé­rie de confé­rences in­ter­na­tio­nales (Canada, Ukraine et Chine). Et à ceux qui cé­lèbrent — ou re­doutent — son « re­tour », il af­firme qu’il n’a en fait « ja­mais quit­té la vie politique ». « On ne se met ja­mais en re­traite de la France », in­siste-t-il.

Cher­bourg (Manche), hier. Fran­çois Hol­lande, ac­com­pa­gné de Ber­nard Ca­ze­neuve (à dr.) a pro­fi­té d’une séance de dé­di­caces de son livre pour s’adres­ser à des mi­li­tants et sym­pa­thi­sants so­cia­listes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.