« Des im­pacts sur la san­té et le som­meil »

Le Parisien (Essonne) - - FAIT DU JOUR - Claude Gron­fier, chro­no­bio­lo­giste PRO­POS RECUEILLIS PAR R.B.

NE PLUS AVAN­CER

ou re­cu­ler sa montre ? L’idée ré­jouit Claude Gron­fier, chro­no­bio­lo­giste et cher­cheur à l’Ins­ti­tut na­tio­nal de la san­té et de la re­cherche mé­di­cale (Inserm).

Êtes-vous fa­vo­rable à la fin de l’al­ter­nance entre heure d’été et heure d’hi­ver ?

CLAUDE GRON­FIER. Oui, sans hé­si­ta­tion. On sait que le chan­ge­ment d’heure a des im­pacts sur la san­té et le som­meil, en par­ti­cu­lier le pas­sage de l’heure d’hi­ver à l’heure d’été. On a suf­fi­sam­ment d’études scien­ti­fiques sur les ef­fets né­fastes de ce phé­no­mène pour ap­plau­dir l’idée d’y mettre un terme.

Quels sont ces ef­fets ?

Le pre­mier est la ré­duc­tion de la du­rée du som­meil. En gé­né­ral, les gens vous disent qu’ils sont un peu fa­ti­gués au pas­sage à l’heure d’été puisque l’on perd une heure de som­meil en avan­çant sa montre d’une heure. Ce res­sen­ti po­pu­laire est fon­dé. C’est parce que notre hor­loge biologique ne suit pas et ne se met pas en phase im­mé­dia­te­ment.

Vous sou­li­gnez aus­si le rôle des évo­lu­tions du com­por­te­ment…

Lors du pas­sage à l’heure d’été, il fau­drait se cou­cher plus tôt alors qu’on fait l’in­verse. On sort plus tard pour pro­fi­ter du so­leil avec sa fa­mille ou ses amis et ce chan­ge­ment dans nos ha­bi­tudes, en plus de nous ex­po­ser à plus de lu­mière, ag­grave notre dette de som­meil et nous em­pêche de re­syn­chro­ni­ser notre hor­loge biologique. C’est ça qui va ame­ner les autres consé­quences de ce chan­ge­ment d’heure.

Les­quelles ?

Des études ont mon­tré une hausse des ac­ci­dents car­dio­vas­cu­laires pour les po­pu­la­tions ex­po­sées au phé­no­mène. Se­lon les cas étu­diés, le risque aug­mente de 5 à 29 %, ce qui n’est pas à né­gli­ger à l’échelle de l’en­semble de la po­pu­la­tion. On constate éga­le­ment une hausse des ac­ci­dents du tra­vail le lun­di et dans les jours qui suivent ce chan­ge­ment d’heure. D’autres en­quêtes ont éga­le­ment sou­li­gné le rôle de cette fa­tigue dans les ac­ci­dents de la route.

Claude Gron­fier, cher­cheur à l’Inserm, ap­plau­dit l’aban­don du chan­ge­ment d’heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.