Tu­chel a (presque) son équipe pour Li­ver­pool

Le Parisien (Essonne) - - SPORTS - YVES LE­ROY ET SÉBASTIEN NIETO

CHEZ LES BOOKMAKERS de la Mer­sey et d’ailleurs en An­gle­terre où on peut pa­rier sur tout, les cotes pour l’iden­ti­té des onze Pa­ri­siens ali­gnés sur la pe­louse d’An­field mar­di ne doivent pas vo­ler très haut.

Hier, Tu­chel a avoué « connaître 10 joueurs » de son équipe de dé­part. Après ces pre­mières dé­cla­ra­tions sur Ca­nal +, il s’est un peu amen­dé en confé­rence de presse : « J’ai une idée dans ma tête, mais je dois re­par­ler avec mes joueurs clés et je dé­ci­de­rai lun­di ». Cette fois, une cer­ti­tude : Ney­mar, qui se sen­tait trop peu re­mis du voyage outre-At­lan­tique hier, ne re­non­ce­ra pas. Les sus­pen­sions de Ver­rat­ti et Buf­fon ont écar­té une par­tie des op­tions de Tu­chel, tout comme la vo­lon­té ré­pé­tée du ma­na­ger al­le­mand d’ali­gner Mar­quin­hos au mi­lieu de ter­rain.

QUI FACE À SA­LAH ?

Au risque de vous pri­ver d’un cer­tain sus­pense, il y a très fort à mi­ser que les dix heu­reux élus soient Areo­la, Meu­nier, Thia­go Sil­va, Kim­pembe, Mar­quin­hos, Ra­biot, Ney­mar, Di Ma­ria, Mbap­pé et Ca­va­ni. Le tout dans une or­ga­ni­sa­tion à quatre dé­fen­seurs comme ces der­niers matchs, même si le coach pa­ri­sien n’est pas à une sur­prise près. Le der­nier doute concerne le cou­loir gauche. Hier, Ber­nat a plu à son en­traî­neur mais il est loin d’avoir le­vé tous les doutes dé­fen­sifs, vu d’un peu plus haut dans un stade qu’il a dé­cou­vert et ap­pré­cié.

« Je suis prêt quand le Mis­ter le dé­ci­de­ra », ex­plique l’Es­pa­gnol, tout en avouant : « Je manque un peu de rythme et c’est normal car je n’ai pas joué de­puis long­temps. Ce­la ne se gagne pas à l’en­traî­ne­ment mais avec des matchs. » Des matchs, il n’en a joué que 12 la sai­son der­nière, ce qui ex­plique cette dif­fi­cul­té à re­trou­ver des repères dé­fen­sifs. Et même si Mo­ha­med Sa­lah na­vigue beau­coup, le cou­loir droit est l’une de ses zones de pré­di­lec­tion. « Tout le monde connaît Sa­lah. Mais nous n’avons peur de per­sonne. Nous sommes le PSG et nous irons pour ga­gner », brave Ber­nat. Trois autres op­tions existent.

Les deux plus na­tu­relles concernent Keh­rer et N’So­ki, deux ar­rières cen­traux qui dé­pannent ré­gu­liè­re­ment à ce poste. La der­nière so­lu­tion im­plique Pres­nel Kim­pembe, om­ni­pré­sent dans l’axe, et au­rait d’autres ré­per­cus­sions qui pour­raient me­na­cer l’équi­libre de l’édi­fice pa­ri­sien. Même avec un seul nom à ins­crire sur sa liste, Tu­chel risque d’avoir quelques nuits com­pli­quées d’ici à mar­di.

Parc des Princes, hier. La pres­ta­tion de Ber­nat a plu à Tu­chel, son coach.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.