Le tun­nel qui sauve

Le Parisien (Essonne) - - CAHIER SPÉCIAL - C.L.

Com­ment vi­vait-on sous les bom­bar­de­ments pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale ? Pour se faire une idée, di­rec­tion Bois-Co­lombes, dans l’un des rares abris an­ti­aé­riens pré­ser­vés dans la ré­gion.

Construit vers 1938, sous la place de la Ré­pu­blique, le sou­ter­rain de bé­ton, long de 97 m, pou­vait ac­cueillir 388 adultes ou 485 en­fants. Deux autres abris avaient été construits dans la com­mune. Ce qui n’a pas em­pê­ché la ville de payer un lourd tri­but : en 1943, trois bom­bar­de­ments y ont fait 72 vic­times et Bois-Co­lombes a connu plus de 400 alertes entre 1939 et 1944.

On y ac­cède au­jourd’hui par une échelle, de­puis une bouche d’égout. A 3 m sous terre, sous la faible lu­mière, des bancs de ci­ment s’adossent aux murs gris. C’est as­sis les uns contre les autres que les ci­vils trem­blaient au bruit des bombes… Seul « luxe » : des toi­lettes à chaque coin… La vi­site est com­men­tée et com­plé­tée par des té­moi­gnages d’époque.

De­main de 10 heures à 18 heures. Gra­tuit. Toutes les 45 mi­nutes. Vi­site li­mi­tée à 20 per­sonnes en même temps.

Pen­sez à vous équi­per de chaus­sures et de vê­te­ments plu­tôt sport.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.