« J’étais fu­rieuse de ne pas avoir sen­ti l’ar­naque »

Eglan­tine, étu­diante de 22 ans vic­time d’une es­cro­que­rie sur In­ter­net

Le Parisien (Essonne) - - ÉCONOMIE - A.L.

ÉGLANTINE at­ten­dait avec im­pa­tience des rem­bour­se­ments de la Sé­cu­ri­té so­ciale. « J’ai en­chaî­né plu­sieurs vi­sites mé­di­cales ces der­niers temps et, comme je suis un peu ric-rac fi­nan­ciè­re­ment en ce mo­ment, je me de­man­dais si mes en­vois avaient bien été pris en compte », ra­conte cette étu­diante de 22 ans. Jeu­di der­nier, elle dé­cide donc de se connec­ter sur le site d’Ame­li, le por­tail de la Sé­cu­ri­té so­ciale, pour voir de plus près où en sont ses de­mandes.

« Pour al­ler sur le site de la Sé­cu, je suis al­lée sur ma boîte mail afin de re­trou­ver un mes­sage en­voyé par Ame­li, ex­plique-t-elle. J’en ai vu un im­mé­dia­te­ment. J’étais fa­ti­guée, je n’ai pas fait at­ten­tion et j’ai cli­qué sur le lien que l’on m’in­di­quait dans le mail pour ob­te­nir un rem­bour­se­ment de 89,90 €. » Après avoir cli­qué sur dif­fé­rents liens, l’étu­diante entre ses in­for­ma­tions ban­caires. « Là, le site m’a si­gna­lé que j’al­lais re­ce­voir un code de confir­ma­tion, pour­suit-elle. J’ai at­ten­du quelques se­condes. En gé­né­ral, ce­la va très vite. Mais au bout d’un mo­ment, j’ai pa­ni­qué car je me suis dit que je m’étais fait avoir. »

Eglan­tine re­marque sou­dain que l’adresse du site est hé­ber­gée en Au­triche. La po­lice du site est « en­fan­tine », avec des cou­leurs criardes et des fautes d’or­tho­graphe ! « J’étais fu­rieuse contre moi de ne pas avoir sen­ti l’ar­naque plus tôt, en­rage Eglan­tine. J’ai fait op­po­si­tion sur ma carte ban­caire dans la fou­lée. Du coup, je n’ai heu­reu­se­ment pas été pré­le­vée. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.