Vins d’Ile-de-France : les lau­réats du « Pa­ri­sien »

Le concours des vins d’Ile-de-France et de l’Oise or­ga­ni­sé par « le Pa­ri­sien » a li­vré son ver­dict. Notre ju­ry de pro­fes­sion­nels et d’ama­teurs avi­sés a dis­tin­gué les vins de Su­resnes et de Saint-Prix.

Le Parisien (Essonne) - - ESSONNE - PAR GRÉ­GO­RY PLOUVIEZ

La dé­gus­ta­tion à l’aveugle a dé­bu­té à l’heure du ca­fé, s’est ter­mi­née à celle de l’apé­ri­tif. Entre les deux ont dé­fi­lé qua­torze nec­tars d’Ile-de-France et de l’Oise pas­sés au crible de notre ju­ry. La mé­tho­do­lo­gie de l’opé­ra­tion or­ga­ni­sée à la Can­tine du Tro­quet, la table bis­tro­no­mique de Ch­ris­tian Et­che­best à Du­pleix (XVe) ?

Tout ce qu’il y a de plus pro­fes­sion­nel. Ins­tal­lés en fond de salle, nos cinq ju­rés (une som­me­lière, une oe­no­logue, un jour­na­liste dé­gus­ta­teur et deux abon­nés du Pa­ri­sien) ont jau­gé les cou­leurs, hu­mé les odeurs, éva­lué en bouche les ron­deurs. Et no­té conscien­cieu­se­ment leurs res­sen­tis.

Dé­si­gner le meilleur vin de la ré­gion pa­ri­sienne ? L’en­tre­prise n’est pas ba­nale et éveille au­tant d’ex­ci­ta­tion que d’ap­pré­hen­sions chez notre quin­tet. « On pour­ra dire On y était », s’amuse Ca­ro­line Furs­toss, som­me­lière. Chaus­sette che­villée au corps pour évi­ter d’être re­con­nue, la pre­mière bou­teille entre en scène. On com­mence par les blancs, ma­jo­ri­taires dans notre sé­lec­tion. Une teinte « pâle », des notes de « ci­tron vert ». Plus tard, on croi­se­ra dans les conver­sa­tions du pam­ple­mousse, de la pomme (« at­ten­tion, ce n’est pas un com­pli­ment », aver­tit My­riam Huet, l’oe­no­logue), des fruits mûrs…

FA­BRI­QUÉS PAR DES PROS, ETDES AMA­TEURS

Les si­lences sont stu­dieux. Les fron­ce­ments de sour­cils évo­ca­teurs. Les verres tour­noient, les breu­vages dé­filent dans un rythme scan­dé par le pas­sage du mé­tro aé­rien, tout proche. Dans les verres, cin­quante (ou presque) nuances de blancs, de la pâ­leur pas­tel aux re­flets do­rés. Un pe­tit coup d’eau (« j’ai bu deux litres », confie­ra Ch­ris­tian Swat, un ju­ré lec­teur) en guise d’ar­doise ma­gique entre deux crus et hop, ça re­part.

Sou­rires una­nimes sur la cin­quième bou­teille : un pre­mier vin (qui s’avé­re­ra être ce­lui de Su­resnes) fait l’una­ni­mi­té. « Je suis scot­chée », mur­mure My­riam. « Je n’ai pas les mots de spé­cia­listes pour le dire, mais il sort vrai­ment du lot », ac­quiesce Ro­bert Mar­ty, le deuxième ju­ré lec­teur. Il y a des hauts… et des bas. « Sen­tez, c’est chi­mique », lance Ro­bert après le sixième verre. Re­viennent alors en tête les in­di­ca­tions en pré­am­bule de Mathieu Janin, jour­na­liste du « Pa­ri­sien » à l’ini­tia­tive de ce concours : « Ces vins ont des pro­fils va­riés, ils sont fa­bri­qués par des pros, des se­mi-pros ou par des ama­teurs aver­tis.

La plu­part tra­vaillent avec des oe­no­logues, mais pas tous. Il faut que vous ayez en tête que vous n’al­lez pas dé­gus­ter de grands crus clas­sés ».

De la dé­gus­ta­tion fusent quelques ap­pré­cia­tions tech­niques : « Il doit y avoir un éle­vage sur lie sur ce­lui-là, il a plus de consis­tance, de gras », éclaire Alexis Gou­jard, jour­na­liste dé­gus­ta­teur à la « Re­vue du Vin de France », par­te­naire de l’opé­ra­tion.

10 h 40, c’est par­ti pour les rouges. Ils sont moins nom­breux mais très vite, là aus­si, une bou­teille em­porte tous les suf­frages. Un vin (made in Saint-Prix ap­pren­dront les ju­rés) qui rap­pelle cer­tains co­teaux cham­pe­nois. « On di­rait du bou­zy », ap­plau­dit Ro­bert. Nos ju­rés ont trou­vé leur deuxième coup de coeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.