ENGUEULADE MA­TI­NALE

Le Parisien (Essonne) - - TRANSPORTS - L.V.

Dire qu’il y en a qui se plaignent ne pas avoir d’in­fo quand leur RER reste à l’ar­rêt pour une rai­son mys­té­rieuse. Pour­tant, ce mar­di ma­tin, sur la ligne A, le conduc­teur n’est pas avare de com­men­taires. Train re­tar­dé, ho­raires qui changent à tout bout de champ… En voyant le quai, bien char­gé, on se doute qu’on va avoir droit à un voyage ser­rés comme des sar­dines en boîte. Ga­gné. Une rame fi­nit par ar­ri­ver et quelques ar­rêts plus loin, elle est pleine comme un oeuf. Ça pousse pour en­trer. Le conduc­teur s’im­pa­tiente.

« Ne blo­quez pas les portes, on ne peut pas re­par­tir », ré­pète-t-il. Le ton se fait de plus en plus éner­vé. « Il y a un train qui suit dans deux mi­nutes, il est presque vide », pour­suit l’agent de la RATP. Vi­si­ble­ment ce­la n’a au­cun ef­fet. « Bon, pour in­fo, c’est juste un RER, pas un avion, vous n’al­lez pas le ra­ter », re­prend contre toute at­tente le conduc­teur. « Non on va juste être en re­tard au bou­lot, Et en plus, on se fait en­gueu­ler ! », glisse ma voi­sine en le­vant les yeux au ciel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.