Néo­banques

Le Parisien (Essonne) - - ÉCO DÉCRYPTAGE -

Ces nou­veaux ac­teurs de la fi­nance se po­si­tionnent comme sub­sti­tut à une banque tra­di­tion­nelle en pro­po­sant une carte ban­caire, un compte en ligne et par­fois même des cré­dits à la consom­ma­tion.

Avec un smart­phone ou un or­di­na­teur, il est pos­sible d’ou­vrir un compte en seule­ment quelques mi­nutes. Ce­lui-ci se­ra ins­tan­ta­né­ment crée en ligne et l’uti­li­sa­teur re­ce­vra, gra­tui­te­ment dans la plu­part des cas, sa carte ban­caire quelques jours plus tard chez lui.

Le suc­cès des néo­banques est, entre autres, dû à leurs faibles coûts. Ces éta­blis­se­ments de paie­ment ne sont pas aus­si im­por­tants que les banques tra­di­tion­nelles. ils n’ont pas au­tant de col­la­bo­ra­teurs et leurs charges sont re­la­ti­ve­ment plus faibles. At­ten­tion tou­te­fois à cer­tains frais. En rai­son de leur sta­tut d’éta­blis­se­ment de paie­ment et non de banque, la plu­part des néo­banques n’au­to­risent pas les dé­cou­verts ni les cré­dits et les paie­ments sont à « vé­ri­fi­ca­tion ins­tan­ta­née » (à chaque paie­ment, le solde du compte est vé­ri­fié). De même, elles ne peuvent pas dé­li­vrer de ché­quier à leurs clients et il est im­pos­sible d’en­cais­ser un chèque sur son compte en ligne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.