Ils connectent l’ in­dus­trie de AàZ

3ZA En­gi­nee­ring est une so­cié­té or­léa­naise spé­cia­li­sée dans l’In­ter­net des ob­jets.

Le Parisien (Essonne) - - ÉCO DÉVELOPPEMENT - PAR R.D.

Non, l’IdO n’est pas un Ovni ! Ce sigle qui si­gni­fie « In­ter­net des ob­jets » n’a pas de dé­fi­ni­tion of­fi­cielle mais il dé­signe pour­tant une réa­li­té qui n’a rien de vir­tuelle. Il s’agit de l’ex­ten­sion du ré­seau In­ter­net à des ob­jets ou des lieux du monde réel. L’ob­jec­tif : ré­cu­pé­rer, échan­ger, trai­ter des in­for­ma­tions et des don­nées entre les mondes phy­sique et nu­mé­rique.

« Ça consiste à mettre In­ter­net au ser­vice de l’in­dus­trie et de l’in­no­va­tion par le biais d’ou­tils adap­tés comme des cap­teurs, des ba­lises ou des dé­tec­teurs », ré­sume Jean-Yves Ca­do­rel, di­ri­geant de la so­cié­té or­léa­naise 3ZA En­gi­nee­ring, spé­cia­li­sée dans ce do­maine. « Pre­nez une en­tre­prise de l’agroa­li­men­taire, elle va avoir be­soin de tra­ça­bi­li­té dans la chaîne du froid. Par la mise en place de nos cap­teurs et le trai­te­ment des don­nées qu’ils gé­nèrent, nous sommes en me­sure de ré­pondre à ce be­soin », illustre-t-il.

OB­JEC­TIF : +100 % DE CROIS­SANCE

Mo­ni­to­ring, su­per­vi­sion et contrôle d’ac­cès font par­tie des autres do­maines de com­pé­tences de 3ZA En­gi­nee­ring. Or, peu de so­cié­tés en France sont ca­pables, à l’ins­tar de cette start-up, d’être pré­sentes sur l’en­semble du pro­ces­sus, de­puis la concep­tion des cap­teurs jus­qu’à l’ex­ploi­ta­tion des don­nées. « Notre ser­vice com­plet et per­son­na­li­sé nous per­met de tra­vailler pour des clients grands comptes de l’in­dus­trie, du trans­port, de la dé­fense, de la ville et du bâ­ti­ment », se fé­li­cite Jean-Yves Ca­do­rel.

Pro­fes­seur à Po­ly­tech Or­léans, il a fon­dé 3ZA En­gi­nee­ring en août 2015. Après trois ans d’ac­ti­vi­té, le bi­lan est très bon pour la start-up im­plan­tée au sein de l’in­cu­ba­teur nu­mé­rique Le Lab’o, à Or­léans (Loi­ret). « Les pers­pec­tives de dé­ve­lop­pe­ment sont ex­po­nen­tielles dans ce sec­teur d’ac­ti­vi­té qui in­tègre sans cesse de nou­velles tech­no­lo­gies, constate-t-il. Nous avons dé­bu­té avec des taux de crois­sance de 50 % et vi­sons dé­sor­mais les 100 %. » Au der­nier exer­cice, 3ZA En­gi­nee­ring af­fi­chait un chiffre d’af­faires de 330 000 €. Elle em­ploie 6 col­la­bo­ra­teurs en CDI et 4 autres en contrats tem­po­raires : des ex­perts spé­cia­li­sés dans le hard­ware (l’équi­pe­ment ma­té­riel), le soft­ware (les lo­gi­ciels et pro­grammes), les in­fra­struc­tures ré­seau. La so­cié­té com­mence à s’ou­vrir à l’international, avec 10 % de son chiffre d’af­faires réa­li­sé sur le mar­ché al­le­mand. Ré­cem­ment, 3ZA En­gi­nee­ring a éga­le­ment in­té­gré le LORIAS, un nou­veau la­bo­ra­toire évo­luant dans le do­maine du trai­te­ment de don­nées au ser­vice de pro­blé­ma­tiques ci­viles ou mi­li­taires, no­tam­ment pour l’ar­mée de l’air. « C’est en in­té­grant ce nou­veau type de struc­ture que nous conti­nuons à avan­cer », se ré­jouit Jean-Yves Ca­do­rel.

Or­léans (Loi­ret). La start-up dé­ve­loppe des ou­tils comme des cap­teurs, des ba­lises ou des dé­tec­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.