Les French Days, c’est re­par­ti !

Six géants du e-com­merce lancent du 28 sep­tembre au 1er oc­tobre une se­conde édi­tion des French Days. Co­pré­si­dente de La Re­doute, Na­tha­lie Bal­la nous ex­plique pour­quoi.

Le Parisien (Essonne) - - ÉCO­NO­MIE - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR MARC LOMAZZI @Mar­cLo­maz­zi

LES FRENCH DAYS, sai­son 2. Après une pre­mière édi­tion du 28 avril au 1er mai, les six fon­da­teurs de l’opé­ra­tion (Bou­lan­ger, Cdis­count, Fnac Dar­ty, La Re­doute, Rue du Com­merce et Sho­wroom­pri­vé) lancent une nou­velle vague de pro­mos du 28 sep­tembre au 1er oc­tobre. Et ils in­vitent l’en­semble des en­seignes, phy­siques ou en ligne, à re­joindre ces French Days de la ren­trée qui in­ter­vien­dront un mois jour pour jour avant le Black Fri­day, fin no­vembre, im­por­té des Etats-Unis.

Pour­quoi lan­cer une deuxième édi­tion des French Days ?

NA­THA­LIE BAL­LA. La vo­lon­té par­ta­gée des six en­seignes fon­da­trices était de mettre en va­leur le e-com­merce fran­çais qui réa­lise 87 Mds€ de chiffre d’af­faires. La pre­mière édi­tion, au prin­temps, a mon­tré une vraie ap­pé­tence des Fran­çais pour cet évé­ne­ment qui ré­pond aux nou­veaux usages de consom­ma­tion avec des achats moins vo­lu­mi­neux mais plus fré­quents. Nous avons donc dé­ci­dé de re­nou­ve­ler l’ex­pé­rience à une pé­riode clé pour les Fran­çais et tra­di­tion­nel­le­ment ten­due en termes de pou­voir d’achat.

Quel bi­lan pré­cis ti­rez-vous des French Days du prin­temps ?

Nous avons été très sa­tis­faits. Les six en­seignes par­te­naires ont en­re­gis­tré 43 mil­lions de vi­sites en cinq jours. C’est énorme. Deux cents en­seignes phy­siques ou en ligne nous avaient re­joints pour cette pre­mière édi­tion. Par rap­port à la même pé­riode de l’an­née der­nière, les vo­lumes d’achat ont bon­di de 50 % à 100 % se­lon les en­seignes.

Lors des French Days de la ren­trée, sur quels types de pro­duits pour­ra-t-on faire de bonnes af­faires ?

Chaque en­seigne les ani­me­ra en toute in­dé­pen­dance, mais la cible prin­ci­pale, ce sont les fa­milles qui doivent s’équi­per en cette pé­riode de ren­trée. Les pro­mo­tions por­te­ront donc en par­ti­cu­lier sur le prêt-à-por­ter, l’informatique et les smart­phones, l’ameu­ble­ment, etc. Chez La Re­doute, ces pro­mo­tions pour­ront al­ler jus­qu’à 60 %.

Votre ob­jec­tif est-il de pé­ren­ni­ser cet évé­ne­ment ?

Oui, nous sou­hai­tons pro­po­ser aux Fran­çais deux ren­dez­vous ré­gu­liers par an, au prin­temps et à la ren­trée.

Cette opé­ra­tion com­mer­ciale s’ajoute aux soldes clas­siques, aux ventes pri­vées, au Black Fri­day… Vous ne crai­gnez pas que trop de pro­mos ne fi­nissent par tuer les pro­mos ?

Ac­tuel­le­ment, les Fran­çais ne s’y re­trouvent pas. Notre ob­jec­tif est de mieux struc­tu­rer les pé­riodes de pro­mo­tion avec des pé­riodes bien dé­fi­nies en fonc­tion des grandes pé­riodes de consom­ma­tion. Nous sou­hai­tons des évé­ne­ments plus clairs et plus trans­pa­rents, ce qui cor­res­pond aux at­tentes de consom­ma­teurs qui sont de plus en plus aver­tis et, no­tam­ment sur les sites de e-com­merce, savent com­pa­rer les offres et trou­ver les bons prix.

Le gou­ver­ne­ment sou­haite rac­cour­cir de six à quatre se­maines les soldes ac­tuels d’hi­ver et d’été.

Qu’en pen­sez-vous ?

“LA

CIBLE PRIN­CI­PALE, CE SONT LES FA­MILLES QUI DOIVENT S’ÉQUI­PER EN CETTE

” PÉ­RIODE DE REN­TRÉE

Nous sommes ab­so­lu­ment en phase avec cette ré­flexion. D’ailleurs, la pre­mière édi­tion des French Days ré­pon­dait aus­si à un voeu du gou­ver­ne­ment.

Na­tha­lie Bal­la, co­pré­si­dente de La Re­doute, est « en phase » avec le sou­hait du gou­ver­ne­ment de ré­duire les soldes de six à quatres se­maines pour « mieux struc­tu­rer les pé­riodes de pro­mo­tion ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.