Une fête et la grogne

Le Parisien (Essonne) - - SPORTS - S.L.

Il y a un an, au len­de­main de l’at­tri­bu­tion des Jeux olym­piques de 2024 à Pa­ris, Lau­ra Fles­sel, alors mi­nistre des Sports, avait an­non­cé la créa­tion de la Fête du sport. Or­ga­ni­sé par­tout en France dès au­jourd’hui et jus­qu’à di­manche, l’évé­ne­ment, lan­cé sur le mo­dèle de la Fête de la mu­sique, doit faire la part belle aux ac­ti­vi­tés spor­tives. Le hic, c’est qu’un an après Li­ma, la belle pho­to de fa­mille a vo­lé en éclats. Le Co­mi­té na­tio­nal olym­pique et spor­tif fran­çais (CNOSF), ja­mais consul­té sur le su­jet et qui a tou­jours été op­po­sé à cette ini­tia­tive, pro­fi­te­ra de l’oc­ca­sion pour lan­cer une pé­ti­tion na­tio­nale vi­sant à pro­tes­ter contre la baisse des moyens al­loués au sport fran­çais.

« Nous, spor­tifs, di­ri­geants de clubs, bé­né­voles, pas­sion­nés, ci­toyens, de­man­dons que le sport bé­né­fi­cie de moyens à hau­teur de nos ap­ports hu­mains, éco­no­miques et so­cié­taux. Pour que le sport compte, je signe », in­vite la pé­ti­tion.

LE PRO­JET DE SUP­PRES­SION DE 1 600 POSTES A MIS LE FEU AUX POUDRES

Ces der­nières se­maines, le mou­ve­ment spor­tif a long­temps ter­gi­ver­sé. Congrès ex­tra­or­di­naires, me­naces de grève, ten­ta­tives de mo­bi­li­sa­tion des réseaux so­ciaux et fi­na­le­ment une pé­ti­tion pour la­quelle il es­père dé­pas­ser le mil­lion de si­gna­tures.

La pu­bli­ca­tion d’une lettre pla­fond si­gnée par le Pre­mier mi­nistre et pré­voyant la sup­pres­sion de 1 600 postes de conseillers tech­niques spor­tifs (800 sont af­fec­tés au ni­veau des fé­dé­ra­tions avec des mis­sions de haut ni­veau et de dé­ve­lop­pe­ment ; 800 autres tra­vaillent au ni­veau ré­gio­nal pour la dé­tec­tion, la for­ma­tion…) a mis le feu aux poudres. Ces der­niers en ap­pellent dé­sor­mais au pré­sident Ma­cron, tout comme d’an­ciens spor­tifs (Ar­ron, Al­phand, Des­joyaux) et des po­li­tiques (Buf­fet, Ruf­fin) qui ont en­voyé hier une lettre ou­verte au chef de l’Etat.

Dans le même temps, les fé­dé­ra­tions s’in­quiètent de la baisse des moyens du Centre na­tio­nal pour le dé­ve­lop­pe­ment du sport (qui fi­nance no­tam­ment les pro­jets des clubs) et de la di­mi­nu­tion an­non­cée du bud­get du mi­nis­tère des Sports (ce qui pour­rait avoir des consé­quences sur les conven­tions d’ob­jec­tifs al­louées aux fé­dé­ra­tions pour le haut ni­veau, no­tam­ment).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.