Les grands ou­bliés de la ré­forme

Fonc­tion­naires, re­trai­tés : de nom­breux Fran­çais ne pro­fi­te­ront pas du gain de pou­voir d’achat.

Le Parisien (Essonne) - - FAIT DU JOUR - A.L. ET M.P. @Au­re­lieLe­belle @Mat­thieuPel­lo­li

MIEUX RÉ­MU­NÉ­RER le tra­vail. Voi­là le mes­sage que mar­tèlent tous les mi­nistres et dé­pu­tés de la ma­jo­ri­té ces der­niers jours. Pour rendre concrète cette belle dé­cla­ra­tion d’in­ten­tion, la sup­pres­sion to­tale des co­ti­sa­tions sa­la­riales entre en vi­gueur au mois d’oc­tobre. Sauf qu’il y a un angle mort : les fonc­tion­naires. Les plus de 5,5 mil­lions d’agents de la fonc­tion pu­blique ne bé­né­fi­cie­ront pas de cette aug­men­ta­tion de leur ré­mu­né­ra­tion et, par ri­co­chet, de leur pou­voir d’achat. « Non seule­ment les fonc­tion­naires ne pro­fi­te­ront pas de cette me­sure, mais en plus, au 1er jan­vier, ils ver­ront leur pou­voir d’achat di­mi­nuer à cause de la hausse de la co­ti­sa­tion re­traite », se dé­sole Luc Far­ré, se­cré­taire gé­né­ral de l’Unsa-Fonc­tion pu­blique. C’est in­juste, ils tra­vaillent au­tant que les sa­la­riés du pri­vé ! »

DÉ­JÀ PÉ­NA­LI­SÉS PAR LA HAUSSE DE LA CSG

Mais ils ne se­ront pas les seuls à pâ­tir de la ré­forme. Ce coup de pouce pour les « tra­vailleurs » ne bé­né­fi­cie­ra pas aux re­trai­tés. Alors que 60 % d’entre eux ont pris de plein fouet, en jan­vier der­nier, la hausse de la CSG, les plus de 17 mil­lions de re­trai­tés risquent bien de ful­mi­ner en voyant ce coup de pouce leur échap­per. Quelques se­maines après avoir ap­pris que leur pen­sion al­lait, en jan­vier, aug­men­ter bien moins que l’in­fla­tion, l’en­trée en vi­gueur de la sup­pres­sion des co­ti­sa­tions sa­la­riales pour­rait être la goutte d’eau qui fait dé­bor­der le vase.

« Cer­tains se disent: On m’ou­blie, on me re­jette, dé­plore Ch­ris­tian Bour­reau, le pré­sident d’hon­neur de l’Union fran­çaise des re­trai­tés. Ils ont l’im­pres­sion que, pour as­su­rer la réus­site du pre­mier de cor­dée, on coupe la corde et on les sa­cri­fie. Ce­la confirme la dif­fé­rence de trai­te­ment entre les re­trai­tés et les ac­tifs. »

Il y a deux se­maines, Em­ma­nuel Ma­cron avait été cash. « Ar­rê­tez d’em­mer­der les re­trai­tés », lan­çait-il à ses col­la­bo­ra­teurs à pro­pos d’une pos­sible ré­forme du droit des suc­ces­sions an­non­cée par Ch­ris­tophe Cas­ta­ner. « En même temps », pas sûr qu’avec ces ré­formes pro-tra­vailleurs du pri­vé, les re­trai­tés aient le sen­ti­ment d’être consi­dé­rés.

Les re­trai­tés ne bé­né­fi­cie­ront pas du coup de pouce que consti­tue la sup­pres­sion des co­ti­sa­tions sa­la­riales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.