« Tout le monde a le droit à un lieu de culte digne de ce nom »

Une des 150 per­sonnes, fi­dèles ou non, ayant as­sis­té à la réunion sur le pro­jet de mos­quée.

Le Parisien (Essonne) - - ESSONNE MASSY SAVIGNY PALAISEAU - PAR GÉ­RALD MORUZZI

S’ILS ÉTAIENT peut-être pré­sents, les op­po­sants au pro­jet de mos­quée à Longjumeau n’ont pas ma­ni­fes­té ou­ver­te­ment leur mé­con­ten­te­ment et leur crainte, hier soir, dans la salle Anne-Frank.

La réunion d’in­for­ma­tion or­ga­ni­sée par l’as­so­cia­tion por­teuse de ce pro­jet de centre so­cio­cul­tu­rel is­la­mique a per­mis d’éclai­rer près de 150 per­sonnes.

Pas­cale, 59 ans, ha­bite le cen­tre­ville de Longjumeau. Elle ex­plique sa pré­sence par une simple « en­vie de sa­voir ce qu’ils vont faire ». Elle sou­tient ce pro­jet de mos­quée qui se pro­file à l’ho­ri­zon rue Da­nielMeyer. « Tout le monde a le droit à un lieu de culte digne de ce nom, sou­ligne-t-elle. Je trouve ce­la triste que de gens soient par­fois obli­gés de prier dans la rue. »

Pour évi­ter ce­la lors de la prière du vendredi, la struc­ture as­so­cia­tive loue la salle Anne-Frank. « Ce­la nous coûte 130 € par se­maine », rap­pelle Si­ley­ma­ni Dia­kite, le pré­sident de l’as­so­cia­tion, quelques se­condes avant de ga­gner la tri­bune.

Là, avec l’ap­pui de l’ar­chi­tecte du pro­jet, le res­pon­sable a pré­sen­té ce que pour­rait être cette mos­quée. Le bâ­ti­ment d’un étage se­ra com­po­sé de salles de prière pou­vant ac­cueillir jus­qu’à 1 500 per­sonnes, ain­si que d’autres es­paces pour des cours ou des réunions. Une struc­ture sans mi­na­ret, pour une rai­son de coût, mais pas seule­ment. « Avoir un mi­na­ret n’est pas une obli­ga­tion re­li­gieuse », pré­cise-t-il.

UNE MOS­QUÉE FI­NAN­CÉE PAR LES FI­DÈLES

« Qui va fi­nan­cer cette mos­quée ? », ne tarde pas à de­man­der une femme dans l’as­sis­tance. « Elle se­ra ex­clu­si­ve­ment fi­nan­cée par les fi­dèles de Longjumeau et des villes alen­tour, lui ré­pond Si­ley­ma­ni Dia­kite, qui s’at­ten­dait à cette ques­tion. Tout est trans­parent, et si ce­la ne l’était pas, il y a en France des autorités qui sont là pour vé­ri­fier d’où vient ce fi­nan­ce­ment. »

Et de mettre en avant la vo­lon­té d’ou­ver­ture qui l’anime. « Nous vou­lons dé­ve­lop­per une vraie par­tie cultu­relle, nous ou­vrir à d’autres cul­tures et in­vi­ter les per­sonnes qui le sou­haitent à dia­lo­guer », ex­plique-t-il. Lut­ter contre la ra­di­ca­li­sa­tion aus­si. « La plu­part des gens qui se ra­di­ca­lisent le font par le biais d’In­ter­net, en de­hors de la mos­quée », sou­ligne-t-il, prêt à sau­ver celles et ceux qui se lais­se­raient « em­bo­bi­ner par des in­di­vi­dus mal­veillants ».

Pour San­drine Ge­lot, la maire (LR) de Longjumeau, cette réunion avait tout son sens. « Il fal­lait que les gens puissent avoir une image, un vi­suel de ce que va être cette mos­quée », dé­clare-t-elle, poin­tant l’im­por­tance de « dire stop aux fan­tasmes les plus fous au­tour de ce pro­jet ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.