Re­mi­li, ver­sion foot et hand

Le Parisien (Essonne) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - ÉRIC MI­CHEL (AVEC S. BI.)

CHEZ LES RE­MI­LI, on est hand­bal­leur et même cham­pion de France de père en fils. Ka­mel, le papa, le fut avec Cré­teil en 1989 et Nedim, son fils ca­det, éga­le­ment cham­pion du monde avec les Bleus, l’est avec le PSG de­puis deux ans.

Mais chez les Re­mi­li, on est aus­si foot­bal­leur de… mère en fils. Pa­tri­cia, la ma­man, fut une ha­bile li­bé­ro à Mai­sons-Al­fort dans les an­nées 1980 et le fils aî­né, Meyane (24 ans), porte fiè­re­ment le nu­mé­ro 10 de Vin­cennes (R 1) qui re­çoit Ville­juif (R 2) de­main pour le 4e tour de la Coupe de France (14 h 30). « J’ai fait du hand et je connais bien ce sport, ra­conte le foo­teux de la fa­mille. Mais c’est le foot que j’ai tou­jours pré­fé­ré. » Ce que l’aî­né ou­blie de pré­ci­ser, c’est qu’il au­rait bien ai­mé par­ta­ger sa pas­sion avec son ca­det. « A l’ado­les­cence, Meyane a ar­rê­té le foot en club pour des pro­blèmes de ge­nou liés à la crois­sance, se sou­vient Nedim (23 ans). Jus­qu’à ce qu’un en­traî­neur lui de­mande de re­ve­nir après l’avoir vu tri­po­ter le bal­lon avec les potes du quar­tier. Il a dit OK, mais seule­ment s’il ve­nait avec son pe­tit frère. Alors, j’ai sui­vi, mais j’ai vite bas­cu­lé vers le hand ! »

La patte gauche de Meyane, For­mé à Cré­teil, fait des ra­vages des 14 ans fé­dé­raux aux 19 Na­tio­naux. « Plu­sieurs centres de for­ma­tion s’in­té­res­saient à lui, se sou­vient même Nedim. Mais nos pa­rents ont d’abord vou­lu qu’il pri­vi­lé­gie les études. » A peine ma­jeur, il tente pour­tant sa chance à Ro­mo­ran­tin, en CFA. « A cet âge-là, sans sa fa­mille ni ses amis, le chan­ge­ment est bru­tal », in­dique l’aî­né.

NEDIM À ZA­GREB AU­JOURD’HUI AVEC LE PSG HAND­BALL

Gê­né par quelques pé­pins phy­siques à son re­tour au ber­cail, Meyane suit Oli­vier De­bert, son an­cien coach en 14 ans Na­tio­naux, à Al­fort­ville, puis à Vin­cennes, au ni­veau ré­gio­nal. « Mais Meyane reste mon exemple, c’est mon cham­pion du monde à moi, glisse Nedim avec fier­té. C’est lui qui m’a don­né un es­prit de com­pé­ti­teur, ap­pris à me battre et à ne rien lâ­cher sur un ter­rain. C’est lui qui m’a ren­du meilleur. Je suis fier de ce qu’il fait, de ce qu’il est ! »

Très liés, les deux fran­gins ne loupent pas une oc­ca­sion de s’en­cou­ra­ger. Ce soir, l’aî­né, jeune papa d’un pe­tit No­lan de­puis quatre mois, ne man­que­ra rien des prouesses du hand­bal­leur pa­ri­sien qui joue à Za­greb (20 heures) en Ligue des cham­pions. A peine sor­ti de l’avion, Nedim se­ra comme sou­vent au­tour de la main courante de­main pour sou­te­nir son fran­gin en Coupe. « Dès qu’on peut, on est là l’un pour l’autre, confie Meyane. Il faut juste jon­gler avec les em­plois du temps. Le di­manche, il ar­rive qu’on joue au même mo­ment que la Ligue des cham­pions. Quand Nedim joue le mer­cre­di soir, j’ai en­traî­ne­ment. Quand on ne peut pas faire au­tre­ment, je me jette sur mon té­lé­phone pour re­gar­der ce qu’il a fait. »

Le hand­bal­leur Nedim Re­mi­li (à g.) et son frère foot­bal­leur Meyane (à d.) ne jouent pas sur le même ter­rain. In­sé­pa­rables, ils se re­trouvent dès que le ca­len­drier spor­tif le leur per­met.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.