L’hé­ca­tombe de l’in­fir­mier al­le­mand

Le Parisien (Essonne) - - FAITS DIVERS -

L’an­cien in­fir­mier al­le­mand Niels Hö­gel a avoué hier à l’ou­ver­ture de son pro­cès les 100 meurtres de pa­tients dont on l’ac­cuse. Après une mi­nute de si­lence à la mé­moire des vic­times et la lec­ture de l’acte d’ac­cu­sa­tion, la cour a de­man­dé à l’ac­cu­sé si les ac­cu­sa­tions le vi­sant étaient justes. « Oui », a-t-il ré­pon­du à voix basse.

IL PURGE DÉ­JÀ UNE PEINE À PER­PÉ­TUI­TÉ

Pour­quoi avoir dé­ci­dé de tout re­con­naître ? « En li­sant les dos­siers les sou­ve­nirs me sont re­ve­nus et avec la thé­ra­pie […] j’ai com­men­cé à re­con­naître l’am­pleur » du crime, a-t-il dit dans l’après-mi­di, évo­quant aus­si sa honte. « Je ne m’y at­ten­dais pas. On a une chance de faire un grand pas en avant main­te­nant », a ré­agi le pe­tit-fils d’un dé­funt, Ch­ris­tian Mar­bach, pour qui Hö­gel ap­pa­raît dé­sor­mais comme « un pe­tit tueur de masse vul­né­rable ».

Cet homme de 41 ans, qui purge dé­jà une peine de pri­son à per­pé­tui­té de­puis près de dix ans pour six crimes si­mi­laires, fai­sait face à des di­zaines de proches de dé­funts réunis dans le centre po­ly­va­lent d’Ol­den­bourg, dans le nord-ouest de l’Alle- magne, faute de place suf­fi- sante au tri­bu­nal. Pen­dant cinq ans, d’abord dans l’hô- pi­tal d’Ol­den­bourg puis dans ce­lui de la com­mune voi­sine de Del­men­horst, Niels Hö­gel a in­jec­té, se­lon l’ac­cu­sa­tion in­ten­tion­nel­le­ment, à des pa­tients des mé­di­ca­ments pour pro­vo­quer un ar­rêt car- diaque avant de ten­ter de les ra­ni­mer, le plus sou­vent sans suc­cès. Ce qu’il re­cher- chait, a-t-il ex­pli­qué hier, c’est la sa­tis­fac­tion et les « com­men­taires po­si­tifs » qu’il re­ce­vait après avoir sau­vé une vie.

Ol­den­bourg (Al­le­magne), hier. Niels Hö­gel fai­sait face à des di­zaines de proches de vic­times dans un centre po­ly­va­lent, faute de place au tri­bu­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.