El­baz le ma­gni­fique

Ré­vé­lé par des films cho­raux à suc­cès, Vincent El­baz joue un rôle phy­sique à la Bé­bel dans la co­mé­die po­li­cière de Pierre Sal­va­do­ri. Un dé­fi qu’il nous ra­conte avec gour­man­dise.

Le Parisien (Essonne) - - LOISIRS - PRO­POS RE­CUEILLIS PAR PIERRE VAVASSEUR

Il ne sa­vait pas qu’un jour on lui élè­ve­rait une sta­tue. C’est pour­tant ce qui ar­rive à Vincent El­baz dans « En li­ber­té ! », neu­vième film de Pierre Sal­va­do­ri (« les Ap­pren­tis »). Une ir­ré­sis­tible co­mé­die po­li­cière dans la­quelle Adèle Hae­nel, Au­drey Tau­tou et Pio Mar­maï tiennent les rôles prin­ci­paux. Pa­ri­sien pur jus, 47 ans, l’ac­teur, l’un des chou­chous des Fran­çais, joue le rôle d’un flic dis­pa­ru dont on dé­couvre post-mor­tem la vie moins hé­roïque mais en­core plus aven­tu­reuse qu’il n’y pa­rais­sait. Il s’y livre à d’im­pres­sion­nantes sé­quences de ba­garre et de cas­cades. « C’est de la cho­ré­gra­phie », ra­conte ce­lui qui doit sa no­to­rié­té aux films cho­raux, du « Pé­ril jeune » à « la Vé­ri­té si je mens » en pas­sant par « les Ran­don­neurs ».

On ne dit pas non à Pierre Sal­va­do­ri ?

VINCENT EL­BAZ. Sû­re­ment pas ! Ce qu’il pro­pose dans ce film est très proche de la vraie vie tout en s’échap­pant du réa­lisme ! On passe en per­ma­nence du tra­gique au co­mique. C’est très dif­fi­cile de faire ça.

Même pour un se­cond rôle ?

Ce se­rait une bê­tise de re­fu­ser pour cette rai­son-là ! Il faut ac­cep­ter ce que les autres ont à vous don­ner. Et ce que Pierre avait à me don­ner était très beau. Ce rap­port du père à son fils est por­teur d’émo­tion.

Vous payez de votre per­sonne en vous je­tant du neu­vième étage d’un im­meuble, après une im­pres­sion­nante scène de ba­garre…

Nous nous sommes amusés à dé­truire un ap­par­te­ment pen­dant une se­maine en­tière. Quant aux cas­cades, j’y vois un hom­mage au « Ma­gni­fique » et à Bel­mon­do et à des hé­ros aux­quels il me semble que le ci­né­ma fran­çais ne croit plus guère.

On ne se prend pas de coups ?

Les cas­ca­deurs font très at­ten­tion aux ac­teurs. C’est plu­tôt nous qui sommes moins pré­cis qu’eux. Mais j’avais quel­qu’un en face de moi qui était as­sez cos­taud…

“NOUS

NOUS SOMMES AMUSÉS À DÉ­TRUIRE UN AP­PAR­TE­MENT PEN­DANT

UNE SE­MAINE

” EN­TIÈRE.

“[LES

FILMS CHO­RAUX] FONT PAR­TIE DE MON IDENTITÉ D’AC­TEUR. C’EST COMME ÇA QUE J’AI EXIS­TÉ, PEUT-ÊTRE PARCE QUE, VE­NANT DU THÉÂTRE, JE NE ME VOYAIS PAS EXIS­TER SEUL

SUR L’AF­FICHE.

Et le saut dans le vide ?

C’est un sys­tème que je ne connais­sais pas. Le câble qu’on vous ac­croche dans le dos n’est re­te­nu qu’à la fin par d’autres cas­ca­deurs pour que vos pieds touchent le sol… dé­li­ca­te­ment. On laisse fi­ler com­plè­te­ment le câble avec un sys­tème de pou­lie. On a l’im­pres­sion de n’être plus du tout at­ta­ché. Le ra­len­tis­se­ment se fait sur les trois der­niers mètres à la force des bras.

Comment se fait-il que vous soyez à ce point abon­né aux films cho­raux ?

Ça fait par­tie de mon identité d’ac­teur. C’est comme ça que j’ai exis­té, peut-être parce que, ve­nant du théâtre, je ne me voyais pas exis­ter seul sur l’af­fiche. Mais cette ques­tion, je com­mence à me la po­ser main­te­nant. Ça m’in­té­res­se­rait d’avoir un rap­port plus… ex­clu­sif avec un met­teur en scène.

Et pour­tant vous de­vez à ces films votre cé­lé­bri­té…

Bien sûr ! J’ai la chance d’avoir de­puis le dé­but un lien par­ti­cu­lier avec le pu­blic. C’est ce qui fait que je suis tou­jours là. Très ré­cem­ment en­core, j’étais content quand on vou­lait bien de moi. Je com­mence à peine main­te­nant à plus re­fu­ser qu’ac­cep­ter parce que j’ai en­vie d’être em­me­né ailleurs.

Même pour jouer un psy­cho­pathe ?

J’ai­me­rais beau­coup jouer quel­qu’un d’in­hu­main. Sans que les scé­na­ristes es­saient pour des rai­sons mo­rales d’adou­cir le per­son­nage…

« En li­ber­té ! », co­mé­die po­li­cière fran­çaise de Pierre Sal­va­do­ri, avec Adèle Hae­nel, Au­drey Tau­tou, Pio Mar­maï, Da­mien Bon­nard, Vincent El­baz… 1 h 47.

Vincent El­baz in­carne un flic tom­bé au com­bat, hé­ros lo­cal qui se ré­vèle être un par­fait ri­pou.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.