A une Ma­rianne rend hom­mage aux poi­lus

Le Parisien (Essonne) - - ESSONNE | CENTENAIRE DE L'ARMISTICE - M.-C.D.

« JE N’AVAIS PAS LE DROIT de me plan­ter, c’était trop im­por­tant. » Créa­teur du mo­nu­ment aux morts qui se­ra inau­gu­ré de­main à Brouy, à 11 heures, le sculp­teur To­to, éta­bli à Mar­cous­sis, a plei­ne­ment conscience de la confiance qui lui a été ac­cor­dée par la mu­ni­ci­pa­li­té. « J’ai réa­li­sé une oeuvre moins abs­traite que celles que je crée ha­bi­tuel­le­ment, parce qu’elle est des­ti­née à ho­no­rer des gens qui sont morts pour nous, in­dique-t-il. Je suis très heu­reux de faire dé­sor­mais par­tie du long cor­tège de sculp­teurs à l’ori­gine de mo­nu­ments aux morts. La guerre de 14-18 m’a tou­jours pas­sion­né. »

Si le­dit mo­nu­ment ne se­ra pas dé­voi­lé avant la cé­ré­mo­nie de com­mé­mo­ra­tion de l’Ar­mis­tice — il est, pour l’heure, re­cou­vert d’un voile —, son créa­teur consent à nous en four­nir le des­crip­tif. « Il s’agit d’une Ma­rianne de 3 m de haut, dont le corps est en mé­tal, et la tête et les bras en terre, dé­taille-t-il. Elle porte un bon­net phry­gien et tire der­rière elle un dra­peau eu­ro­péen. C’est un mes­sage de paix, car l’Eu­rope a été créée pour évi­ter que l’on s’entre-tue. »

Un sym­bole qui ré­pond par­fai­te­ment à la com­mande du maire (SE), Jean-Louis Chan­del­lier. « C’est un pro­jet que je mû­ris­sais de longue date, et qu’il fal­lait ab­so­lu­ment concré­ti­ser pour le cen­te­naire, com­men­tet-il. Nous de­vons ti­rer les le­çons de cette pé­riode. Et si nous vi­vons en paix de­puis plu­sieurs dé­cen­nies, c’est grâce à l’Union eu­ro­péenne. »

A la fin de la Pre­mière Guerre mon­diale, seules deux plaques, près de la mai­rie et à l’église, avaient pu être po­sées pour ho­no­rer les dis­pa­rus. « Par manque d’ar­gent, tout sim­ple­ment », dé­plore le maire. D’un mon­tant to­tal de 10 000 €, le mo­nu­ment aux morts qui les rem­place a été fi­nan­cé par la ville, l’ag­glo­mé­ra­tion de l’Etam­pois Sud Es­sonne, le con­seil dé­par­te­men­tal, le Sou­ve­nir fran­çais et des sous­crip­teurs pri­vés. « Ça a très bien pris, af­firme Jean-Louis Chan­del­lier. J’ai été agréa­ble­ment sur­pris. »

Le nou­veau mo­nu­ment aux morts de Brouy, ima­gi­né et sculp­té par l’ar­tiste To­to, se­ra inau­gu­ré de­main.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.