Trois élus dé­posent un nou­veau re­cours contre la re­fonte du RER D TRANS­PORTS

Les com­munes de Ris-Oran­gis, Soi­sy-sur-Seine et Etiolles sont concer­nées par ce pro­jet de la SNCF et d’Ile-de-France Mo­bi­li­tés. Elles sou­haitent sus­pendre la mise en place de la ré­forme.

Le Parisien (Essonne) - - VOTRE DÉPARTEMENT - PAR FLO­RIAN GAR­CIA

«Vue l’ex­trême ur­gence, on de­mande au juge de prendre en compte les consé­quences né­ga­tives et ir­ré­ver­sibles de la si­tua­tion », ré­sume le maire de Ris-Oran­gis, Sté­phane Raf­fal­li (PS). Avec les maires de Soi­sy-sur-Seine et d’Etiolles, l’élu va dé­po­ser dans les pro­chains jours une nou­velle re­quête en ré­fé­ré de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Ver­sailles (Yve­lines). Une dé­marche qui vise à sus­pendre la re­fonte de la ligne du RER D vo­tée par la SNCF et Ile-de-France Mo­bi­li­tés en vue de lut­ter contre les re­tards et les suppressions de trains pour les 614 000 usa­gers fran­ci­liens. Mais en contre par­tie, des temps de tra­jets se­raient al­lon­gés. En pa­ral­lèle, une autre ac­tion en jus­tice, tou­jours de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Ver­sailles, a été en­ga­gée en vue de l’an­nu­ler.

« A ce jour, la SNCF et Ile-deF­rance Mo­bi­li­tés sont res­tées étanches à nos ar­gu­ments, re­grette le maire de Ris-Oran­gis. Ils ont vo­té pour une mise en route du ser­vice an­nuel 2019 le 9 dé­cembre pro­chain. » Mal­gré l’échéance ap­pro­chante, le com­bat est tou­jours d’ac­tua­li­té pour Sté­phane Raf­fal­li et ses ho­mo­logues de Soi­sy-sur-Seine et d’Etiolles, Jean-Bap­tiste Rous­seau (SE) et Phi­lippe Ju­melle (SE).

LES USA­GERS TOU­CHÉS SONT IN­VI­TÉS

À SE FAIRE CONNAÎTRE

« Les temps de tra­jets al­lon­gés par des cor­res­pon­dances obli­ga­toires à Cor­beil-Es­sonnes, Ju­vi­sy-sur-Orge ou Vi­ry-Châ­tillon pour les voya­geurs des branches Ma­le­sherbes, Lit­to­ral ou Pla­teau se ren­dant à Pa­ris. Sans comp­ter la dé­pré­cia­tion des biens… Ce sont au­tant de consé­quences né­fastes pour les usa­gers », tranche Sté­phane Raf­fal­li.

« Cette dé­ci­sion est ana­chro­nique, re­prend-il. Alors que l’on doit ré­soudre les dif­fi­cul­tés des com­munes de la pé­ri­phé­rie de Pa­ris, cette me­sure les ac­cen­tue. Je constate que nous ne sommes plus dans les ra­dars des grands in­ves­tis­se­ments pu­blics. »

Pour com­plé­ter ces deux ac­tions ju­di­ciaires dé­po­sées de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Ver­sailles, l’as­so­cia­tion D- Très in­suf­fi­sant re­cense les usa­gers et ri­ve­rains vic­times d’un pré­ju­dice et trans­met les in­for­ma­tions aux avo­cats.

« Il suf­fit d’adhé­rer à l’as­so­cia­tion en ver­sant 1 €, in­dique le pré­sident Sieg­fried Van Waer­beke. En­suite, les per­sonnes rem­plissent un for­mu­laire très simple pour in­di­quer leurs pré­ju­dices. Ceux qui re­viennent le plus sont la dé­va­lo­ri­sa­tion des biens, l’al­lon­ge­ment des temps de tra­jets qui posent des contraintes fa­mi­liales. Ou en­core les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite qui, compte te­nu du chan­ge­ment de quai, risquent de ne plus avoir de place dans le train sui­vant après la cor­res­pon­dance. »

De­main, les as­so­cia­tions D- Très in­suf­fi­sant, Adu­mec et RER D Valde-Seine ma­ni­fes­te­ront à par­tir de 18 h 30 à la gare de Ris-Oran­gis Val de Seine.

▣ Le for­mu­laire est dis­po­nible sur le site In­ter­net de la mai­rie de Soi­sy-sur-Seine. Ren­sei­gne­ments : as­so­cia­tion D- Très in­suf­fi­sant à l’adresse : dmoins­tre­sin­suf­fi­[email protected]

La re­fonte de la ligne vise à lut­ter contre les re­tards et les suppressions de trains pour les 614 000 usa­gers fran­ci­liens (pho­to d’ar­chives).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.