A un point près

Mal­gré une balle de match, Pierre-Hugues Her­bert et Nicolas Ma­hut se sont in­cli­nés en fi­nale du Mas­ters de­vant la paire amé­ri­caine Mike Bryan-Jack Sock.

Le Parisien (Essonne) - - TENNIS - PAR LIONEL CHAMI

LA CONCLU­SION, au terme du su­per tie-break, a été ha­le­tante : me­née 9 points à 5, la paire fran­çaise a sau­vé quatre balles de match consé­cu­ti­ve­ment, puis une cin­quième à 9-10. A son tour, elle s’en est pro­cu­ré une à 11-10, mais le lob de Ma­hut était trop ti­mide. Et, fi­na­le­ment, sur la sixième oc­ca­sion amé­ri­caine, Her­bert, trop gour­mand sur sa 2e balle, a com­mis une double faute. Score fi­nal en fa­veur de Jack Sock et Mike Bryan : 5-7, 6-1, 1-0 (13-11).

« Glo­ba­le­ment, ils n’ont pas as­sez bien ser­vi, avec dix doubles fautes et seule­ment 45 % de premières balles », es­ti­mait Fa­brice San­to­ro, le coach de l’Al­sa­cien au mi­cro de BeIN.

Do­mi­nés sur le fil par les vain­queurs de Wim­ble­don et de l’US Open cette sai­son, les Tri­co­lores, sa­crés à Ro­landGar­ros au prin­temps, voient certes leur échap­per un titre pres­ti­gieux — le duo Mi­chael Llo­dra-Fa­brice San­to­ro, ti­tré à Shan­ghai en 2005, reste l’unique paire fran­çaise au pal­ma­rès du Mas­ters.

« On a été bat­tus par une très, très bonne équipe », a dé­cla­ré Her­bert du­rant le pro­to­cole. « Fé­li­ci­ta­tions pour l’en­semble de ta car­rière », a ajou­té Ma­hut à l’adresse de Mike Bryan, 40 ans, 18 titres de Grand Che­lem — dont 16 avec son ju­meau Bob, bles­sé — et dé­sor­mais cinq Mas­ters à son ta­bleau d’hon­neur.

DE BON AU­GURE AVANT LA FI­NALE DE COUPE DA­VIS

Les deux Bleus peuvent main­te­nant re­por­ter leur en­vie de re­vanche sur la fi­nale de la Coupe Da­vis, où les at­ten­dront pos­si­ble­ment Ma­rin Ci­lic et Mate Pa­vic au stade Pier­reMau­roy de Villeneuve-d’Ascq (Nord) sa­me­di pro­chain face à la Croa­tie.

Même s’il avait sor­ti de son cha­peau la paire sur­prise Her­bert-Gas­quet face à la Bel­gique l’an der­nier (lais­sant sur la rive Ma­hut et Ben­ne­teau), Yan­nick Noah ne peut guère, cette fois, se passer d’une des toutes meilleures équipes du mo­ment. Le pas­sage de quatre à cinq ti­tu­laires par équipe laisse davantage de la­ti­tude pour re­te­nir un double dé­dié. Et puis, en se his­sant en fi­nale à Londres après trois échecs d’af­fi­lée en phase de poules, Her­bert et Ma­hut ont don­né des gages suf­fi­sants.

O2 Are­na (Londres), hier. Nicolas Ma­hut (à g.) et Pier­reHugues Her­bert(à dr.) ont payé leur faible pour­cen­tage de premières balles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.