For­mi­dable réunion de fa­mille !

L’ul­time sai­son d’« Une fa­mille for­mi­dable » dé­marre ce soir sur TF 1. Nous avons réuni sept ac­teurs em­blé­ma­tiques de la sé­rie pour re­ve­nir sur cette aven­ture qui au­ra du­ré vingt-six ans.

Le Parisien (Essonne) - - LOISIRS - PAR MARIE POUSSEL ET STÉ­PHA­NIE GUER­RIN

Dans la fa­mille Beaumont, avec une ter­rine et un coup de blanc, tout s’ar­range et la vie re­part. » Ce man­tra pro­non­cé le len­de­main de l’an­nonce de la fin d’« Une fa­mille for­mi­dable » par Alexandre Thi­bault, qui joue le gendre Ju­lien dans la sé­rie, nous a in­ter­pel­lés. Et nous l’avons pris au mot.

Après vingt-six ans de bons et loyaux ser­vices, la sa­ga de TF 1 se ter­mi­ne­ra à l’is­sue de sa 15e sai­son, qui dé­marre ce soir à 21 heures. La rai­son : Ber­nard Le Coq a dé­ci­dé d’ar­rê­ter l’aven­ture après le dé­cès de Joël San­to­ni, le créa­teur de la sé­rie, en avril der­nier. An­ny Du­pe­rey, l’autre star, a re­fu­sé de conti­nuer sans son par­te­naire de jeu. Du coup, au « Pa­ri­sien » - « Au­jourd’hui en France », nous avons dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser un pot de dé­part réunis­sant les prin­ci­paux ac­teurs. Ren­dez-vous donc lun­di der­nier au Bis­trot (oui, c’est le nom de l’éta­blis­se­ment), au pied de notre ré­dac­tion, à quelques encablures de la tour Eif­fel.

Dès les premières ar­ri­vées, ça s’em­brasse, ça se fait des pa­pouilles. « Je suis épui­sée, avoue An­ny Du­pe­rey, entre la pro­mo de la sé­rie, mon exposition de pho­tos à Bou­logne et mes lec­tures au Théâtre Edouard-VII à par­tir de la se­maine pro­chaine (NDLR : elle y li­ra son ro­man « les Chats de ha­sard » jus­qu’à la fin de l’an­née). Mais Ber­nard, on boit un coup quand même ? Pre­nons un peu de bulles », lance la pé­tillante co­mé­dienne de 71 ans en ar­ri­vant à 17 h 30.

Le bruit sourd du bou­chon de cham­pagne lance les hos­ti­li­tés. « Ce­la fait tel­le­ment plai­sir de voir les pe­tiots », se ré­jouit Ber­nard Le Coq, 68 ans, em­bras­sant sur le front les co­mé­diens Cé­cile Caillaud, Geof­frey Sau­veaux, Marie Sam­bourg, Alexandre Thi­bault et Ka­mel Bel­gha­zi, qui jouent leurs en­fants et gendres dans la sé­rie. Jen­ni­fer Lau­ret et Ro­méo Sar­fa­ti, les in­ter­prètes de Fré­dé­rique et Nicolas, les deux autres en­fants, ne pou­vaient mal­heu­reu­se­ment pas être des nôtres ce soir-là.

Emue, Cé­cile Caillaud, qui in­carne Au­drey, l’aî­née de la mar­maille, est ve­nue avec un pe­tit tré­sor : les pre­miers ar­ticles du « Pa­ri­sien » sur « Une fa­mille for­mi­dable » pu­bliés en 1992 et conser­vés dans une po­chette plas­ti­fiée. « C’est là que tout a com­men­cé », in­dique-t-elle, en les mon­trant à ses co­pains du cas­ting. Les yeux se mouillent un ins­tant et la conver­sa­tion re­prend, les coudes au zinc.

« Pre­nons un peu de bulles »

« Ma pre­mière scène avec An­ny, j’avais les je­tons »

Entre deux anec­dotes, An­ny Du­pe­rey s’étouffe avec une tranche de sau­cis­son pio­chée sur une planche de char­cu­te­rie et de fro­mages. Elle ex­plose de rire. « Tiens, ce­la au­rait plu à Joël (NDLR : San­to­ni) de man­ger aus­si élé­gam­ment », ri­gole la co­mé­dienne. « C’est une fille de la cam­pagne, il faut l’ex­cu­ser », la ta­quine Ber­nard Le Coq. « Ma pre­mière scène avec An­ny, j’avais les je­tons, avoue ce der­nier. Mais elle m’a bien ac­cueilli. J’es­sayais de com­men­cer ma car­rière de­puis vingt piges, ra­conte-t-il, pro­vo­quant l’hi­la­ri­té de la fa­mille. Je me di­sais qu’avec elle, j’avais un peu de chance de me faire re­mar­quer. »

« Le titre ini­tial était les Grandes Dé­ci­sions, ré­vèle l’in­ter­prète de Ju­lien. Pen­dant le tour­nage de la pre­mière sai­son, l’es­prit de troupe était tel­le­ment fort que Joël a chan­gé le nom pour re­bap­ti­ser la sé­rie Une fa­mille for­mi­dable. » « A l’époque, on n’ai­mait pas les suites, se sou­vient An­ny Du­pe­rey. Ce­la avait un cô­té rin­gard, mais un jour à la can­tine, on s’est dit : On s’aime trop, pour­quoi ne pas conti­nuer ? »

Au­tour de la table, ça chambre sé­vère entre Alexandre Thi­bault et Geof­frey Sau­veaux, beaux-frères à l’écran. « Vous ar­rê­tez main­te­nant ! », leur lance Ber­nard Le

« Un scan­dale à cause d’une blan­quette »

Coq, fi­dèle à son rôle de pa­ter­nel. Et de lâ­cher : « Il fal­lait pas les mettre à cô­té. » Leur com­pli­ci­té fait plai­sir à voir. Tu­té­laires, An­ny Du­pe­rey et Ber­nard Le Coq pré­sident la table de l’apé­ro. Et n’ont de cesse de rap­pe­ler à quel point « la Fa­mille » a été fa­çon­née à l’image de son créa­teur, Joël San­to­ni.

Par­mi un des faits les plus saillants : l’amour de la cui­sine et du bon vin. « Joël ado­rait réunir des grandes ta­blées », af­firme avec nos­tal­gie Ka­mel Bel­gha­zi, l’in­ter­prète du gendre Nour­re­dine. « Sur le tour­nage, on man­geait du véritable jam­bon pa­ta ne­gra ve­nu d’Es­pagne à 500 balles la tranche », ra­conte Marie Sam­bourg, qui in­carne Ma­non. « C’était deux fois ton salaire », rit Alexandre Thi­bault.

Car avec Joël San­to­ni, pas ques­tion de plai­san­ter avec la gas­tro­no­mie. « Il y a eu un scan­dale à cause d’une blan­quette qui conte­nait des ca­rottes et des petits pois, se sou­vient Ber­nard Le Coq. Alors qu’une blan­quette, c’est blanc ! C’était in­ac­cep­table. Il faut avoir des vrais com­bats dans la vie, et nous étions en pre­mière ligne », s’amuse le pa­triarche.

« Les blagues de Ber­nard aus­si, c’est du top ni­veau »

Il y avait tel­le­ment de re­pas pen­dant les tour­nages dans des res­tau­rants gas­tro­no­miques que j’ai dû faire croire à Joël que j’avais une maî­tresse pour ne pas y al­ler à tous », rap­pelle en­core Alexandre Thi­bault. Mais la palme de la meilleure anec­dote dans la sé­rie nour­ri­ture re­vient à An­ny Du­pe­rey : « Joël m’a convain­cu de boire une prune à la fin d’un re­pas chez Taillevent

(NDLR : res­tau­rant deux étoiles pa­ri­sien). Je suis sor­tie et c’est hor­rible, mais j’ai vo­mi un smic… Le ho­mard bleu, les truffes… tout y est pas­sé. »

Ces re­trou­vailles au­tour d’une table ont en­tre­te­nu la com­pli­ci­té. « Les blagues de Ber­nard aus­si, c’est du top ni­veau », s’amuse Marie Sam­bourg. Chauf­fé, son père de té­lé­vi­sion se lance : « J’aime bien man­ger épi­cé mais pas en même temps… » Plouf, le si­lence s’ins­talle et sou­dain, tout le monde ex­plose de rire. « Les blagues à bide à la Jean Car­met, on ado­rait ce­la avec Joël. »

L’im­pro­vi­sa­tion des co­mé­diens a na­tu­rel­le­ment pris de plus en plus de place à l’écran au fil des sai­sons. « On me parle sou­vent d’une scène culte, rap­porte ain­si An­ny Du­pe­rey. Et bien, c’est moi qui l’ai écrite ! Ca­the­rine ve­nait d’ap­prendre une nou­velle trom­pe­rie de son ma­ri et le scé­na­rio in­di­quait : Elle part dé­pi­tée. Là, je me dis :

C’est com­plè­te­ment con ! Je suis sur une île dé­serte, mon ma­ri m’a trom­pée, je ne pars pas dé­pi­tée. Non, je vais lui cou­per les couilles avec un coupe-coupe, les faire griller au bar­be­cue et les

lui faire bouf­fer ! Joël a gar­dé l’idée et a re­bon­di des­sus. Pour les chutes de scène, il nous fai­sait une confiance aveugle. A la fin d’ailleurs, il ne les écri­vait même plus. »

Evi­dem­ment, l’ar­rêt de la sé­rie n’est pas ano­dine pour ce groupe de joyeux lu­rons. « On sa­vait bien que ça al­lait ar­ri­ver un jour », tem­père Marie Sam­bourg. « Il me semble que cette der­nière sai­son est une belle fin. Ça parle d’amour jus­qu’au bout », conclut Ber­nard Le Coq. Et comme au pre­mier jour, c’est bien là l’es­sen­tiel.

Pa­ris (XVe), le 12 no­vembre. Fi­dèles à l’es­prit in­suf­flé par Joël San­to­ni, le créa­teur de la sé­rie, ses ac­teurs ont fait hon­neur à la char­cu­te­rie et au fro­mage.

Ber­nard Le Coq Ka­mel Bel­gha­zi Cé­cile Caillaud Alexandre Thi­bault Pa­ris (XVe), le 12 no­vembre. Les pi­liers de la sé­rie ont pris d’as­saut le bar, le temps d’évo­quer leurs sou­ve­nirs de tour­nage. Au­drey, fille de Ca­the­rine et belle-fille de Jacques Ju­lien, ma­ri d’Au­drey et gendre de Ca­the­rine et Jacques Jacques Beaumont, ma­ri de Ca­the­rine Nour­re­dine, ma­ri de Fré­dé­rique (ab­sente) et gendre de Ca­the­rine et Jacques

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.