L’île de la Réunion s’était in­vi­tée à Sainte-Ge­ne­viève

La com­mu­nau­té réunion­naise d’Ile-de-France est ve­nue en­cou­ra­ger Sainte-Su­zanne qui re­pré­sen­tait l’île. Sainte-Ge­ne­viève s’est im­po­sée 4-0 dans une am­biance très fes­tive.

Le Parisien (Essonne) - - SPORTS - ÉRIC MICHEL

UNE LONGUE FILE À L’EN­TRÉE, des sup­por­teurs dra­pés aux cou­leurs rouge, bleu et jaune de l’île, des cris « Al­lez Sainte-Su­zanne ! » à s’en cas­ser les oreilles avec tam­bours et trom­pettes et un match re­trans­mis avec trois heures de dé­ca­lage ho­raire en di­rect en plein océan In­dien : Sainte-Ge­ne­viève a pris les cou­leurs d’outre-mer ce di­manche. La com­mu­nau­té fran­ci­lienne de l’île, que l’In­see chiffre au­tour de 30 000 per­sonnes, s’y est en par­tie don­né ren­dez-vous.

« Tous les ans, il n’y a qu’une équipe de la Réunion qui vient en mé­tro­pole, glisse Hu­bert, dra­peau réu­nion­nais sur les épaules. En cas de qua­li­fi­ca­tion, le tour sui­vant se joue sur l’île et ça ne va pas plus loin. C’est donc une oc­ca­sion à ne pas les ra­ter pour nous les ex­pa­triés : c’est l’oc­ca­sion de ve­nir en­cou­ra­ger des com­pa­triotes. » As­sis deux sièges plus loin, Da­ny, ori­gi­naire de Sainte- Rose et ve­nu de Me­lun, ne dit pas autre chose. « L’an­née der­nière, le match des Réu­nion­nais s’était joué à Lille : nous y étions al­lés quand même, sou­rit-il. On ne rate pas ces oc­ca­sions uniques. C’est d’abord l’oc­ca­gé­né­ra­le­ment, sion de re­voir des amis de l’île pour boire un coup et par­ler de la vie. »

LES JOUEURS ONT VU LES BLEUS À CLAI­RE­FON­TAINE… DE LOIN

C’est la pre­mière fois que Sainte-Su­zanne avait dé­cro­ché son ti­cket pour ve­nir en mé­tro­pole dis­pu­ter un 7e tour qui, d’or­di­naire, réus­sit plu­tôt bien aux Réu­nion­nais. Au­cun ne s’est fait éli­mi­ner à ce stade dans l’Hexa­gone de­puis 2013. Mais la sé­rie est ter­mi­née. Les Réu­nion­nais ren­tre­ront de­main le coeur lourd mais avec des sou­ve­nirs plein la tête. « Nous avons été lo­gés à Clai­re­fon­taine, se fé­li­cite l’en­traî­neur, Jean-Mau­rice Claude. Hé­las, nous n’avons pu voir les Bleus que de loin. Sa­me­di de re­tour des Pays-Bas, leur entraînement était à huis clos et in­ter­dit, même pour nous. Ils sont trop confi­nés. »

Un peu juste phy­si­que­ment, son équipe a te­nu une mi-temps avant de cra­quer en ra­tant un pé­nal­ty. « C’est notre seul re­gret car, pour le reste, nous pou­vons être fiers : nous avons mon­tré le beau vi­sage du foot­ball de la Réunion » note le coach, re­joint par son confrère es­son­nien, Em­ma­nuel Do­ra­do. « On connaît bien la qua­li­té du foot­ball de là-bas. Il y a deux ans, nous étions al­lés nous qua­li­fier à Saint-Pierre de la Réunion. »

Comme les équipes d’outre-mer réus­sissent bien à Sainte-Ge­ne­viève, le club se porte can­di­dat pour re­par­tir dans les îles au pro­chain tour : « Même si un seul club au­ra cette chance, ça ne coûte rien d’es­sayer », glisse Do­ra­do.

Parc des sports Léo-La­grange (Sain­teGe­ne­viève), hier. Mal­gré le froid, les Réu­nion­nais fran­ci­liens ont don­né de la voix pour sou­te­nir les leurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.