« Re­gar­der d’abord la per­sonne et ses com­pé­tences »

Le Parisien (Essonne) - - ÉCO -

Je suis né avec une myo­pa­thie, sans trop sa­voir de quoi mon ave­nir se­rait fait. Ce­pen­dant, j’ai tou­jours re­fu­sé que mon han­di­cap me ferme la moindre porte. Peu de jeunes de mon époque, nés dans les an­nées 1960, ont pu faire de longues études. Quand j’ai in­té­gré HEC, en 1979, il a fal­lu construire un as­cen­seur car il n’y avait ja­mais eu d’élève avant moi qui ne pou­vait pas mon­ter les marches ! Quand je suis en­tré dans la vie ac­tive, je me sou­viens avoir pas­sé trois en­tre­tiens dans une grande banque an­glaise. J’ai ap­pris plus tard qu’ils avaient re­je­té ma can­di­da­ture car mon han­di­cap leur fai­sait peur. En re­vanche, j’ai ap­pré­cié, quand j’ai été re­cru­té par la banque In­do­suez, de n’être ju­gé que sur mes com­pé­tences.

Ils ont fait les quelques amé­na­ge­ments né­ces­saires et j’y ai dé­bu­té une belle car­rière. Quelques an­nées plus tard, quand j’ai pré­si­dé la Halde (Haute Au­to­ri­té de lutte contre les dis­cri­mi­na­tions et pour l’éga­li­té), j’ai com­pris que, bien sou­vent, les dis­cri­mi­na­tions se nour­rissent de sté­réo­types aus­si faux que bien an­crés. Par mon té­moi­gnage*, j’es­saie, à mon échelle, de lut­ter contre l’igno­rance. Mon mes­sage à l’égard des em­ployeurs, et que j’es­saie aus­si de m’ap­pli­quer à moi-même, est dé­jà de com­men­cer par re­gar­der la per­sonne et de par­ler de ses com­pé­tences. En­suite, si la ques­tion du han­di­cap se pré­sente ou si elle est évo­quée, il faut en par­ler de fa­çon neutre, comme d’un amé­na­ge­ment comme un autre.

C’est ain­si que nous ba­na­li­se­rons des par­cours comme le mien… »

* « Vi­vant », Éric Mo­li­nié, Éd. Odile Ja­cob, 240 p., 21,90 €. « J’avais 25 ans quand un diag­nos­tic a en­fin été po­sé : j’étais née au­tiste As­per­ger, comme je le pres­sen­tais. De­puis tou­jours, je me sen­tais di­fé­rente. Ce n’est pas vraiment un han­di­cap non vi­sible car il est per­cep­tible. Ce­pen­dant, il re­lève de troubles psy­chiques long­temps mé­con­nus et mal in­ter­pré­tés. C’est pour­quoi

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.