« Il faut ar­rê­ter de nous mé­pri­ser »

Ma­ria, agente d’en­tre­tien

Le Parisien (Essonne) - - FAIT DU JOUR - ALEXANDRE SEBA

« ON NE L­CHE­RA RIEN ! » A la sor­tie 26 de l’A 9, entre Mont­pel­lier (Hé­rault) et Nîmes (Gard), une ving­taine de Gi­lets jaunes font pas­ser gra­tui­te­ment les au­to­mo­bi­listes au péage, en échange de quelques coups de klaxon de sou­tien. Quelques mètres plus loin, au rond-point de Gal­largues (Gard), des bar­rières ont été mon­tées sur la route pour blo­quer l’ac­cès. « Ici, c’est le rond-point des Gau­lois ! » pré­vient Ar­naud, au chô­mage. Ces Gi­lets jaunes, ar­ti­sans, ou­vriers, fonc­tion­naires et pe­tits chefs d’en­tre­prise, pré­sents en per­ma­nence, ont fait de l’en­droit « un lieu de ras­sem­ble­ment so­li­daire ». Et comptent bien y res­ter.

PAS FA­VO­RABLES À L’ÉMER­GENCE DE LEA­DERS EN JAUNE

Jus­qu’à quand ? « On s’ar­rê­te­ra quand Ma­cron dé­mis­sion­ne­ra », an­nonce Phi­lippe, char­pen­tier. Une re­ven­di­ca­tion lar­ge­ment par­ta­gée par la cin­quan­taine de ma­ni­fes­tants pré­sents sur le rond-point. « Il ne va pas dé­mis­sion­ner, faut pas rê­ver, mais, s’il faut faire Mai 68, on fe­ra Mai 68 », af­firme Fré­dé­ric, mi­cro-en­tre­pre­neur. Comme Chan­tal, qui tra­vaille en­core à 66 ans ou Sé­bas­tien, sub­mer­gé par les charges pa­tro­nales, il n’at­tend rien de la dé­cla­ra­tion du pré­sident de­main. « On sait très bien ce que Ma­cron va dire : il va main­te­nir les taxes, il n’en a rien à foutre, c’est mal­heu­reux. S’il avait bou­gé un peu avant, le mou­ve­ment se se­rait cal­mé, mais c’est trop tard. »

Beau­coup, comme Fa­bienne, sou­haitent la mise en place d’un « ré­fé­ren­dum d’ini­tia­tive po­pu­laire pour le peuple et par le peuple ». Faire émer­ger des lea­ders en jaune ? Ils n’y sont pas fa­vo­rables. Car, « si on prend des re­pré­sen­tants, on de­vient comme les syn­di­cats ou les par­tis po­li­tiques, es­time Fré­dé­ric, on sait bien que ça ne marche pas ! » Les ma­ni­fes­tants ne manquent pas, néan­moins, de ré­formes à pro­po­ser : baisse de la TVA sur les ma­tières pre­mières, baisse des charges, di­mi­nu­tion du nombre de hauts fonc­tion­naires plu­tôt que des pe­tits… Ma­ria, agente d’en­tre­tien, qui a vu re­ve­nir son fils de 30 ans à la mai­son « car il ne peut plus payer son loyer », ré­sume le sen­ti­ment gé­né­ral : « Il faut aug­men­ter notre pou­voir d’achat et ar­rê­ter de nous mé­pri­ser. »

Des Gi­lets jaunes, hier, au rond-point de Gal­largues.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.