En­fin des ca­mions plus propres ?

Le Parisien (Essonne) - - ÉCONOMIE - ÉMI­LIE TORGEMEN

C’EST UNE IN­CON­GRUI­TÉ. Con­trai­re­ment à nos voi­tures, les mil­lions de ca­mions et au­to­cars qui sillonnent nos routes ne sont sou­mis à au­cune norme sur les émis­sions de gaz à ef­fet de serre, seule­ment à des règles concer­nant cer­tains pol­luants (par­ti­cules, oxydes d’azote…). Mais ce­la pour­rait chan­ger. Après la Com­mis­sion et le Par­le­ment eu­ro­péens, qui se sont pro­non­cés en fa­veur d’un rè­gle­ment à l’échelle de l’Union, les Etats membres doivent se pen­cher à leur tour sur la ques­tion au­jourd’hui. Se­lon nos in­for­ma­tions, l’Al­le­magne, pa­trie d’un mas­to­donte du sec­teur, Mer­cedes-Benz Trucks, va pro­po­ser une baisse li­mi­tée des émis­sions de CO2 de 15 % maxi­mum d’ici à 2025 et de 30 % d’ici à 2035.

LES CONSTRUC­TEURS IN­QUIETS

Nous avons aus­si pu consul­ter la po­si­tion des Pays-Bas. Plus sen­sibles au dé­rè­gle­ment cli­ma­tique, ils ré­clament da­van­tage : 20 % de moins d’ici à 2025 et 35 % en 2035. Soit les mêmes ob­jec­tifs que ceux vo­tées le 14 no­vembre par le Par­le­ment eu­ro­péen.

« Cette échéance trop courte ne cor­res­pond pas au cycle de dé­ve­lop­pe­ment long de notre in­dus­trie », peste Erik Jon­naert, le se­cré­taire gé­né­ral de l’As­so­cia­tion des construc­teurs eu­ro­péens d’au­to­mo­biles.

Les as­so­cia­tions en­vi­ron­ne­men­tales somment, elles, la France de jouer un rôle mo­teur. « C’est le mo­ment d’as­su­mer une po­si­tion de hé­raut du cli­mat », in­siste Sté­phane Cor­ne­lis, de l’as­so­cia­tion Tran­sport et en­vi­ron­ne­ment.

Le mois der­nier, les dé­fen­seurs de la pla­nète ont re­çu le sou­tien in­at­ten­du de Nest­lé France. La mul­ti­na­tio­nale a écrit à Eli­sa­beth Borne, la mi­nistre des Trans­ports, pour ré­cla­mer des ca­mions plus propres. Et elle n’est pas la seule : Ikea, Uni­le­ver, Car­re­four ou Geo­dis sont sur la même ligne.

Ces grosses en­tre­prises voient dans ces normes l’op­por­tu­ni­té d’al­lé­ger leur fac­ture trans­ports. En ef­fet, moins un ca­mion re­jette de CO2, moins il consomme de car­bu­rant. Or, en Eu­rope, ces dé­penses re­pré­sentent 30 % du bud­get des rou­tiers. Se­lon les es­ti­ma­tions de la Com­mis­sion, 25 000 € pour­raient être éco­no­mi­sés sur les cinq pre­mières an­nées d’uti­li­sa­tion d’un poids lourd neuf ache­té en 2025.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.