Les tra­fi­quants li­vraient la drogue à do­mi­cile

Le Parisien (Essonne) - - VOTRE DÉPARTEMENT - PAR JU­LIEN CONSTANT

C’ÉTAIT UN CALL-CEN­TER de la drogue qui li­vrait dès 100 € d’achat. Quatre hommes, âgés de 20 à 23 ans, sont soup­çon­nés d’avoir par­ti­ci­pé à un tra­fic qui rayon­nait, de­puis dé­cembre 2017, des Ulis jus­qu’à Or­say, Bures-surY­vette, Le Chesnay, Viroflay (Ver­sailles), Pa­ris et Mai­sons-Al­fort (Val-de-Marne). Ar­rê­tés mar­di, ils ont été pré­sen­tés vendredi de­vant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Ver­sailles, qui a ren­voyé l’af­faire au 4 jan­vier. Dans l’at­tente de leur pro­cès, deux d’entre eux ont été écroués. Les deux autres ont été pla­cés sous contrôle ju­di­ciaire.

Leur tra­fic a été dé­voi­lé en sep­tembre lorsque les po­li­ciers ont ar­rê­té un consom­ma­teur qui leur a don­né le nu­mé­ro de son re­ven­deur. Les en­quê­teurs com­prennent vite qu’ils sont confron­tés à une pe­tite en­tre­prise qui pro­pose de com­man­der et de li­vrer à do­mi­cile de la ré­sine de can­na­bis, de la co­caïne et de la ké­ta­mine, un pro­duit uti­li­sé comme anes­thé­sique dans le mi­lieu mé­di­cal.

Le ré­seau, cen­tré sur Les Ulis, est struc­tu­ré au­tour d’un chef, se­con­dé par des li­vreurs et deux nour­rices, char­gées de gar­der la drogue à leur do­mi­cile. Les po­li­ciers ont ar­rê­té cinq sus­pects, mar­di. Un sixième, ins­tal­lé au Por­tu­gal, s’est consti­tué pri­son­nier deux jours après le coup de fi­let. Lors des per­qui­si­tions, les forces de l’ordre ont mis la main sur 1 000 €, 100 g de ré­sine et un peu d’herbe.

UN ÉTU­DIANT, UN FOOT­BAL­LEUR, UN AN­CIEN ATH­LÈTE…

Quatre, plus par­ti­cu­liè­re­ment mis en cause, se sont re­trou­vés vendredi au tri­bu­nal. L’un d’eux, étu­diant, se dé­fi­nit comme « un gros consom­ma­teur de can­na­bis ». Il connaît l’un des li­vreurs et ad­met avoir dé­jà « dé­pan­né des co­pains ». Le se­cond as­sume sa par­ti­ci­pa­tion en tant que ven­deur-li­vreur. « Mais c’est du pas­sé » as­sure-t-il. Après un sui­vi psy­cho­lo­gique, il a tout ar­rê­té. Il vit dé­sor­mais « sai­ne­ment » à Por­to où il tra­vaille rap­porte-t-il.

Les deux autres hommes pa­raissent plus im­pli­qués. L’un, âgé de 23 ans, et pré­sen­té comme un foot­bal­leur évo­luant en N 3, « as­sume une par­tie des choses », mais pas d’être le chef, comme l’avancent les en­quê­teurs. Le der­nier, ex-ath­lète, avoue avoir ven­du et li­vré de la drogue pour rem­bour­ser une dette contrac­tée avec des connais­sances de son quar­tier, après la des­truc­tion d’une voi­ture. Ce sont eux qui ont été écroués en at­ten­dant leur pro­cès.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.