L’hom­mage à Nao­mi

Stras­bourg, Pa­ris, Va­lence : trois marches blanches ont eu lieu hier.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SOCIÉTÉ - A.D.

« PLUS JA­MAIS ÇA dans le pays des droits de l’homme ! » Hier, trois marches blanches en hom­mage à Nao­mi Mu­sen­ga ont eu lieu à Stras­bourg (Bas-Rhin), Pa­ris et Va­lence (Drôme). L’his­toire de cette Stras­bour­geoise de 22 ans, morte après avoir été mo­quée par une opé­ra­trice du Sa­mu en dé­cembre 2017, a mar­qué les es­prits.

A Stras­bourg, l’évé­ne­ment était or­ga­ni­sé par le collectif Justice pour Nao­mi Mu­sen­ga. Un mil­lier de per­sonnes étaient pré­sentes pour té­moi­gner leur sou­tien à la fa­mille. La mère, le père et le frère de la vic­time se sont ex­pri­més face à la foule, dé­non­çant la haine pro­pa­gée sur les ré­seaux so­ciaux en­vers les opé­ra­trices du Sa­mu stras­bour­geois.

L’écho du drame ne s’est pas ar­rê­té aux portes du Bas-Rhin. De­vant l’Opé­ra Gar­nier à Pa­ris, Epi­pha­nie est ve­nue mar­cher « par sou­ci d’hu­ma­ni­té » : « Je ne veux pas que ce­la ar­rive à mes en­fants », confie-t-elle. A ses cô­tés, Ar­lette, très émue, sou­haite que ce drame soit un moyen d’ob­te­nir « plus de per­son­nels dans les hô­pi­taux ». La marche pa­ri­sienne s’est ache­vée de­vant le mi­nis­tère de la Justice, où 22 roses et une lettre adres­sée à la Garde des Sceaux Ni­cole Bel­lou­bet ont été dé­po­sées.

Pa­ris, hier. La marche blanche pa­ri­sienne est par­tie de l’Opé­ra Gar­nier et s’est ache­vée de­vant le mi­nis­tère de la Justice, où 22 roses ont été dé­po­sées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.