« Le maître mot, c’est de prendre du plai­sir »

RA­PHAËL JACQUELIN, GOLFEUR PRO­FES­SION­NEL

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SPORTS - É.B.

SUR LE CIR­CUIT PRO EU­RO­PÉEN de­puis 1995, le Fran­çais Ra­phaël Jacquelin (44 ans) se dit sé­duit par les nou­velles pra­tiques de son sport. « Ces nou­veau­tés sont in­té­res­santes à la fois pour les dé­bu­tants et les pros. Le mi­ni­golf est une sorte de Put­ting Green géant qui re­pro­duit tout ce qu’on peut trou­ver sur un par­cours. On tra­vaille la vi­tesse, la lec­ture des pentes, la di­rec­tion. Fran­che­ment, j’ai été sé­duit par la qua­li­té du syn­thé­tique, et c’est beau­coup plus lu­dique que de res­ter une heure à put­ter sur un green. On passe tel­le­ment d’heures à s’en­traî­ner qu’on cherche tou­jours des idées pour ne pas s’en­nuyer ! Pa­reil pour le Per­fect Line. Il n’y a pas plus lu­dique que ça. Ça per­met de bos­ser en s’amu­sant et, en plus, il y a un cô­té convi­vial, un peu comme au bow­ling. C’est tel­le­ment sym­pa de pas­ser du temps entre amis à ta­per des balles. » Jacquelin se dit aus­si em­bal­lé par le concept du Sta­dium. « Les exer­cices font tra­vailler le phy­sique, l’équi­libre, la mé­moire, et ça fait un car­ton chez les en­fants, mais il y a moyen de mo­de­ler les ate­liers pour les adultes, ajoute-t-il. Le maître mot, c’est de prendre du plai­sir. La dé­mo­cra­ti­sa­tion du golf pas­se­ra par des ini­tia­tives comme celle-là. » Le pro es­père éga­le­ment que la Ry­der Cup, où il se­ra as­sis­tant du ca­pi­taine eu­ro­péen Tho­mas Bjorn, at­ti­re­ra « un nou­veau pu­blic dans les golfs ». « Pour les non-gol­feurs, c’est un évé­ne­ment dif­fi­cile à sen­tir et à per­ce­voir. Mais c’est vrai­ment une autre am­biance, un com­bat. »

“C’EST TEL­LE­MENT SYM­PA DE PAS­SER DU TEMPS ENTRE AMIS À TA­PER DES BALLES ”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.