Que valent les com­pa­ra­teurs de prix ?

Votre ren­dez-vous du jeu­di

Le Parisien (Hauts de Seine) - - LA UNE - PAR BO­RIS CAS­SEL @Bo­risCas­sel

Vous ne pou­vez pas y échap­per. A la télé, à la ra­dio, les sites In­ter­net spé­cia­li­sés dans la com­pa­rai­son de ser­vices vous inondent de pu­bli­ci­tés. Ils s’ap­pellent le Lynx, As­sur­land, ou en­core les Fu­rets et sont en pleine ex­pan­sion. Qu’ont-ils à ap­por­ter ? Comment gagnent-ils de l’ar­gent ? Décryptage.

I TOUT PART DE L’AS­SU­RANCE

Les com­pa­ra­teurs sont ar­ri­vés en France au dé­but des an­nées 2010, en dé­bu­tant par le très lu­cra­tif marché de l’as­su­rance au­to­mo­bile. Et pour cause. « La prime pour l’as­su­rance voi­ture se monte en moyenne à 595 € par an », si­gnale Mar­tin Co­riat, di­rec­teur gé­né­ral de Le­lynx.fr. Et elle ne cesse d’aug­men­ter ces der­nières an­nées. C’est donc un gros bud­get pour les mé­nages, qui sont d’au­tant plus ré­cep­tifs aux pu­bli­ci­tés van­tant les éco­no­mies en fai­sant jouer la concur­rence. « Nous fai­sons éco­no­mi­ser en moyenne 320 € sur ce pro­duit à nos clients », as­sure Mar­tin Co­riat.

I DE PLUS EN PLUS DE SEC­TEURS COU­VERTS

Les as­su­rances (mo­to, ha­bi­ta­tion, san­té, em­prun­teur), les ser­vices ban­caires (banque, cré­dit à la consom­ma­tion), la té­lé­pho­nie (box, for­fait té­lé­pho­nique) et même, de­puis peu, l’éner­gie (gaz et élec­tri­ci­té)… les com­pa­ra­teurs sont presque par­tout. Pour­quoi une telle bou­li­mie ? « Nous vou­lons construire une plate-forme de ré­fé­rence qui aide chaque Fran­çais à op­ti­mi­ser ses dé­penses contraintes, ré­sume Ha­mid Be­na­ma­ra, di­rec­teur gé­né­ral de Les­fu­rets.com. Quelque 3,4 mil­lions de de­vis de­vraient être réa­li­sés sur notre site en 2018. »

I DES PRIX PAS FOR­CÉ­MENT PLUS BAS

Si, dans l’es­prit des consom­ma­teurs, com­pa­ra­teur = prix plus bas, la réa­li­té est tout autre. « Nous nous en­ga­geons à ce que l’in­ter­naute ne trouve pas moins cher s’il contacte en di­rect l’opé­ra­teur », ex­plique Ha­mid Be­na­ma­ra, des Fu­rets. En clair, à contrat com­pa­rable, pas­ser par un com­pa­ra­teur ne donne pas ac­cès, en règle gé­né­rale, à une ré­duc­tion sup­plé­men­taire.

I TOUTES LES OFFRES REGROUPÉES EN UN EN­DROIT

C’est là leur vrai in­té­rêt. Les com­pa­ra­teurs per­mettent de vi­sua­li­ser un grand nombre d’offres d’un seul coup. Des pro­po­si­tions com­mer­ciales cen­sées être adap­tées au pro­fil de cha­cun. « Notre va­leur ajou­tée, c’est de sim­pli­fier la lec­ture de ces offres », sou­ligne Ha­mid Be­na­ma­ra. Donc, au fi­nal, en dé­ni­chant des contrats plus adap­tés à leur si­tua­tion, les clients réus­sissent, par­fois, à al­lé­ger leur porte-mon­naie.

I VOUS ÊTES LE PRO­DUIT

Les com­pa­ra­teurs sont en ap­pa­rence gra­tuits. Or, sur In­ter­net, ne l’ou­bliez ja­mais : si c’est gra­tuit, c’est que vous êtes le pro­duit. Les com­pa­ra­teurs fonc­tionnent comme des « ap­por­teurs d’af­faires ». Leurs clients, ce sont les en­tre­prises. Ces der­nières ne paient pas pour être ré­fé­ren­cées sur ces sites. En re­vanche, elles s’en­gagent à ré­mu­né­rer les com­pa­ra­teurs chaque fois qu’ils leur ap­portent un nou­veau client. Une somme for­fai­taire, exi­gible lors d’une mise en re­la­tion ou à la si­gna­ture d’un contrat. Les com­pa­ra­teurs le cer­ti­fient : ce mo­dèle éco­no­mique n’in­fluence pas la pré­sen­ta­tion des ré­sul­tats.

I LES DON­NÉES PER­SON­NELLES SONT-ELLES VEN­DUES ?

La plu­part des com­pa­ra­teurs vous de­mandent d’in­di­quer vos nom et pré­nom et des ca­rac­té­ris­tiques per­son­nelles qui per­mettent d’éta­blir votre contrat. Gagnent-ils de l’ar­gent avec ? « Nous ne re­ven­dons pas les don­nées per­son­nelles », pro­met Mar­tin Co­riat, du site Le­lynx.fr.

Le prin­ci­pal in­té­rêt des com­pa­ra­teurs de prix est de sim­pli­fier les re­cherches du consom­ma­teur en lui pré­sen­tant un grand nombre d’offres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.