Leur pou­belle sait trier les dé­chets

On en rêve tous ! Deux étu­diantes de l’uni­ver­si­té de tech­no­lo­gie de Com­piègne ont mis au point un pro­to­type qui re­con­naît les dif­fé­rents types de dé­tri­tus et les placent dans le bon bac.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SOCIÉTÉ - PAR ÉLIE JU­LIEN TINGYUN DU, 25 ANS

JE­TER SA CANETTE en alu­mi­nium, un pot de yaourt ou son tro­gnon de pomme sans se po­ser la ques­tion de quel bac uti­li­ser. C’est en tra­vaillant sur cette idée que deux étu­diantes chi­noises, en mas­ter de de­si­gn in­dus­triel à l’uni­ver­si­té de tech­no­lo­gie de Com­piègne (Oise), ont mis au point une pou­belle in­tel­li­gente. Bing Bin, c’est le nom du pro­jet, vient de rem­por­ter un prix in­ter­na­tio­nal, le James Dy­son Awards.

Le sys­tème est simple. Cette pou­belle nou­velle gé­né­ra­tion, dont seul un pro­to­type en car­ton a pour le mo­ment été conçu, uti­lise la même tech­no­lo­gie que les sys­tèmes de re­con­nais­sance fa­ciale des smart­phones. « Nous avons juste adap­té l’al­go­rithme, ré­vèle Tingyun Du, 25 ans, ori­gi­naire de la ban­lieue de Shan­ghai. Ce pe­tit or­di­na­teur in­té­gré est pour le mo­ment ca­pable de re­con­naître 3 000 ob­jets dif­fé­rents. »

EN­CORE QUELQUES RA­TÉS

Ain­si, lorsque le dé­chet est glis­sé dans l’ori­fice, plu­sieurs pe­tites ca­mé­ras l’ana­lysent en une poi­gnée de se­condes et l’iden­ti­fient. Le com­par­ti­ment adé­quat se place alors dans l’axe du trou où l’ob­jet a été je­té. Le re­but est fi­na­le­ment com­pac­té avant de tom­ber dans le bac cor­res­pon­dant.

Si le taux de re­con­nais­sance des dé­chets n’est pas en­core par­fait — de l’ordre de trois sur quatre —, le pro­jet des deux étu­diantes at­tire dé­jà. « J’ai étu­dié en Suède où il y a bien plus de re­cy­clage qu’en France, ob­serve Tingyun Du. Ici, on a ren­con­tré des col­lec­ti­vi­tés in­té­res­sées qui veulent da­van­tage re­cy­cler afin de réa­li­ser des éco­no­mies. »

Mais aus­si pour mieux sé­cu­ri­ser les centres de tri. « Nous en avons vi­si­té en Pi­car­die. Et nous avons ren­con­tré un sa­la­rié qui s’est bles­sé cinq fois à la main, se rap­pelle Yu­chen Qiu, 23 ans, ori­gi­naire pour sa part de Pé­kin. Tout ça à cause d’ob­jets cou­pants qui n’avaient rien à faire dans le sac de re­cy­clage des car­tons. »

Lors de l’European In­no­va­tion Aca­de­my, qui s’est dé­rou­lée en juillet à Tu­rin, en Ita­lie, des conseillers mu­ni­ci­paux de la ville hôte se sont aus­si mon­trés très in­té­res­sés. Dans un pre­mier temps, les deux jeunes in­gé­nieurs comptent ci­bler les lieux pu­blics (gares, aé­ro­ports…) et les en­tre­prises. Leur pou­belle pour­rait par exemple être ins­tal­lée près des dis­tri­bu­teurs de bois­sons.

EN QUÊTE D’UN IN­DUS­TRIEL CA­PABLE DE LA FA­BRI­QUER

Grâce au prix Dy­son, trois fi­nan­ceurs po­ten­tiels, fran­çais et amé­ri­cains, ont frap­pé à la porte des deux Chi­noises pour pro­po­ser leurs ser­vices, sen­tant un marché por­teur.

Tingyun Du, qui a ter­mi­né ses études en France et re­part en Chine cette se­maine, es­père y dé­ni­cher d’autres in­ves­tis­seurs. Ain­si que des in­dus­triels ca­pables de fa­bri­quer cette pou­belle. « Avec des ma­té­riaux res­pon­sables », sou­rit-elle. Yu­chen Qiu, elle, reste en­core à Com­piègne pour conce­voir un pro­to­type so­lide d’ici à la fin de l’an­née. Avec un ob­jec­tif : une com­mer­cia­li­sa­tion dès l’an­née pro­chaine.

“ON

A REN­CON­TRÉ DES COL­LEC­TI­VI­TÉS IN­TÉ­RES­SÉES,

QUI VEULENT RE­CY­CLER DA­VAN­TAGE AFIN DE RÉA­LI­SER DES ÉCO­NO­MIES

Com­piègne (Oise), le 14 sep­tembre. Le lo­gi­ciel ins­tal­lé à « l’en­trée » de la pou­belle est ca­pable de re­con­naître et de di­ri­ger dans le bon bac de tri 3 000 ob­jets dif­fé­rents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.