La mé­thode ga­gnante de Tho­mas Tu­chel

La pres­ta­tion pa­ri­sienne à Nice (3-0), avec un nou­veau sys­tème et une équipe re­ma­niée, va­lide les choix de l’en­traî­neur al­le­mand. Qui ob­serve son groupe se construire au fil des vic­toires.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - LA UNE - PAR SÉ­BAS­TIEN NIE­TO (AVEC Y.L.)

ET SI LE PSG était en train de chan­ger ? Même si la dé­faite et le jeu pra­ti­qué à Li­ver­pool (2-3) ne peuvent être ou­bliés, le hui­tième suc­cès de suite à Nice sa­me­di (3-0) et les pro­grès dans le jeu laissent pen­ser que Tho­mas Tu­chel réus­sit sa pre­mière mis­sion : di­ri­ger un groupe concer­né, au­tant sur le ter­rain qu’en de­hors.

LES JOUEURS ADEPTES DE SA MÉ­THODE

De­puis son ar­ri­vée à la tête du PSG, l’Al­le­mand n’a eu de cesse de par­ler d’état d’es­prit. A des an­nées-lu­mière du por­trait ti­ré avant sa si­gna­ture, il se montre en homme po­si­tif, sou­riant et bien­veillant avec ses joueurs. A Li­ver­pool ? Tu­chel re­tient le score étri­qué et la ré­ac­tion men­tale, lais­sant de cô­té les er­re­ments de son mi­lieu, le mer­ca­to man­qué et l’in­ten­si­té dou­teuse. Une mé­thode qui fonc­tionne, pour l’ins­tant.

A Nice sa­me­di, c’était tout le contraire. La veille, lors de sa mise en place tac­tique dans ce 3-42-1 in­édit, le tech­ni­cien ob­serve des joueurs ré­cep­tifs. Après quinze mi­nutes dif­fi­ciles à l’Al­lianz Ri­vie­ra, il les voit sur­tout ap­pli­quer ses consignes de fa­çon qua­si par­faite. « On a beau­coup va­rié, on a joué tous en­semble, re­con­naît Thi­lo Keh­rer, plus en réus­site que lors de sa pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion. On sent tous qu’on pro­gresse sur le plan col­lec­tif même si on peut en­core faire mieux. »

Hier, dans un en­tre­tien ac­cor­dé à « Té­lé­foot », An­gel Di Ma­ria al­lait en­core plus loin dans le com­pli­ment : « Il ap­porte quelque chose de nou­veau. C’est un en­traî­neur agres­sif, qui aime que l’équipe ef­fec­tue un gros pres­sing. » Une no­tion qu’Unai Eme­ry, son pré­dé­ces­seur, avait aus­si ten­té d’in­tro­duire. Sans grande réus­site. L’aban­don du 4-2-3-1 pour le 4-3-3 à la de­mande des joueurs après un mois de com­pé­ti­tion à l’été 2016 était l’un des sym­boles du manque d’adhé­sion d’un groupe à son staff. De­puis dé­but août, Tu­chel a pro­po­sé et ali­gné quatre sys­tèmes dif­fé­rents au dé­part des dix ren­contres.

MÊME LES PLUS JEUNES ONT DU TEMPS DE JEU

La confiance entre lui et ses joueurs. Une no­tion sou­li­gnée par l’Al­le­mand en con­fé­rence de presse d’après-match sa­me­di. Pour l’ob­te­nir du plus grand nombre, Tu­chel a ef­fec­tué un cal­cul ma­thé­ma­tique : en 10 matchs, il a uti­li­sé 25 joueurs, dont 23 ont été ti­tu­la­ri­sés au moins trois fois. Mous­sa Dia­by, ali­gné d’en­trée contre Reims et Nice, en est l’em­blème. Sous ses ordres, même les plus jeunes peuvent pré­tendre à du temps de jeu et ai­der l’ef­fec­tif avant les ren­contres de Ligue des cham­pions. Au-de­là du sché­ma tac­tique, Tu­chel tente aus­si de sur­prendre son groupe à l’en­traî­ne­ment (nou­veaux jeux tech­niques…) et d’élar­gir la pa­lette de ses joueurs. Celle par exemple de Mar­quin­hos, qui dé­couvre le mi­lieu de ter­rain, Nkun­ku, po­si­tion­né sur plu­sieurs postes, ou Dia­by, tes­té comme « pis­ton » dans le cou­loir gauche.

Avant la re­prise de l’en­traî­ne­ment dé­but juillet, Tu­chel avait ren­con­tré ses fu­turs dis­ciples un par un pour leur pré­sen­ter le pro­jet. « Il m’a fait com­prendre qu’il comp­tait sur moi. Il m’a don­né ce pe­tit plus de mo­ti­va­tion », as­sure Di Ma­ria, l’un des hommes du dé­but de sai­son. Ney­mar ou Ca­va­ni ont éga­le­ment eu droit à ces ren­dez-vous. C’est sans doute ce qui per­met à Tu­chel au­jourd’hui de les lais­ser sur le banc quand il en­tend les re­po­ser.

La va­rié­té de bu­teurs n’en est que plus grande : onze dif­fé­rents ont dé­jà trom­pé les gar­diens ad­verses. La ré­cep­tion de Bel­grade mer­cre­di (18 h 55) en Ligue des cham­pions de­vra confir­mer ces points po­si­tifs. Pour ne pas tout re­mettre en cause.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.