Cha­cun cherche son poste

D’an­née en an­née, le pa­ra­doxe per­dure : des postes à pour­voir, des de­man­deurs d'em­ploi en nombre, et pour­tant…

Le Parisien (Hauts de Seine) - - ÉCO - PAR LÉONOR LUMINEAU

Je tra­verse la rue, je vous trouve un em­ploi », a af­fir­mé le pré­sident de la Ré­pu­blique, Em­ma­nuel Ma­cron, à un chô­meur qui l’in­ter­pel­lait, le 15 sep­tembre der­nier. Et de ci­ter l’hô­tel­le­rie-res­tau­ra­tion, qui peine à recruter. Au-de­là de la po­lé­mique, la France connaît en ef­fet une si­tua­tion pa­ra­doxale. Chaque an­née, entre 200 000 et 330 000 offres d’em­ploi sont aban­don­nées faute de can­di­dats adé­quats, se­lon Pôle em­ploi (1). Un frein à la crois­sance, qui touche par­ti­cu­liè­re­ment les PME et les ETI. Face à ce­la, 3,4 mil­lions de per­sonnes sont ins­crites en ca­té­go­rie A (sans au­cune ac­ti­vi­té) à Pôle em­ploi.

UNE PA­LETTE TRÈS LARGE DE MÉ­TIERS

Du ni­veau CAP à bac+5, les be­soins concernent tous les pro­fils dans de nom­breux sec­teurs : BTP, in­dus­trie, hô­tel­le­rie-res­tau­ra­tion, ser­vices aux par­ti­cu­liers et aux en­tre­prises, tran­sports, san­té et nu­mé­rique. Par­mi les mé­tiers les plus en pé­nu­rie, aides à do­mi­cile et mé­na­gères, agents d’en­tre­tien, in­gé­nieurs et cadres d’étude, chefs de pro­jets in­for­ma­tiques, aides et em­ployés po­ly­va­lents de la res­tau­ra­tion, aides-soi­gnants, ser­veurs, conduc­teurs rou­tiers, at­ta­chés com­mer­ciaux tiennent le haut de la liste, se­lon l’en­quête Be­soins en main-d’oeuvre de Pôle em­ploi (2).

« Le sec­teur de la dis­tri­bu­tion-com­merce se­ra le plus gros créa­teur d’em­plois dans les dix ans », es­time Pa­trice Bou­logne, di­rec­teur exé­cu­tif de Page Per­son­nel, spé­cia­li­sé dans l’in­té­rim et le re­cru­te­ment. « Les ma­na­geurs de com­merce (chefs de rayon) sont très re­cher­chés (entre 22 000 et 30 000 € brut fixes an­nuels hors primes pour un jeune di­plô­mé (3)), les com­mer­ciaux ter­rain (entre 26 000 et 35 000 €), les in­gé­nieurs d’afaires dans le nu­mé­rique (entre 40 000 et 45 000 €) », dé­taille-t-il. Pour leurs deux pro­chains ma­ga­sins à Pa­ris, aux Champs-Ely­sées et dans le Ma­rais, les Ga­le­ries La­fayette vont par exemple em­bau­cher 700 CDI (ven­deurs, sty­listes per­son­nels, mais aus­si bou­chers, fro­ma­gers, ba­ris­tas/ bar­mans, etc.).

PÔLE EM­PLOI AC­COM­PAGNE LA RE­CON­VER­SION

Si l’ofre d’em­ploi est bien pré­sente, com­ment l’ai­der à ren­con­trer la de­mande ? Pour flui­di­fier le mar­ché, Pôle em­ploi en­tend sou­te­nir les can­di­dats qui veulent se ré­orien­ter vers ces mé­tiers qui em­bauchent. « Nous iden­ti­fions l’écart de com­pé­tences entre les at­ten­dus de l’em­ployeur et le pro­fil du can­di­dat. Puis nous pou­vons mo­bi­li­ser une for­ma­tion jus­qu’à quatre cents heures, du­rant la­quelle le can­di­dat garde son sta­tut de de­man­deur d’em­ploi », ex­plique Ca­the­rine Poux, di­rec­trice des ser­vices aux en­tre­prises de Pôle em­ploi.

De leur cô­té, les so­cié­tés qui misent sur des pro­fils aux com­pé­tences proches peuvent « tes­ter » le can­di­dat de­man­deur d’em­ploi. Pôle em­ploi leur per­met d’ac­cueillir ce der­nier d’une jour­née à un mois, en lui conser­vant là en­core son sta­tut.

COM­PÉ­TENCES ET ÉVO­LU­TION DE CAR­RIÈRE

Autre piste, la ré­forme de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, que le gou­ver­ne­ment sou­haite me­ner. La loi pour la « li­ber­té de choi­sir son ave­nir pro­fes­sion­nel », adop­tée par le Par­le­ment en août der­nier, pré­voit, entre autres, que le compte per­son­nel de for­ma­tion (CPF) se­ra ali­men­té non en heures mais en eu­ros. L’ob­jec­tif ? Elar­gir l’ac­cès à un plus grand nombre de for­ma­tions ou à des me­sures pour fa­ci­li­ter les re­con­ver­sions.

1. Etude « Ofres pour­vues et aban­dons de re­cru­te­ment », Pôle em­ploi, dé­cembre 2017. 2. En­quête Be­soins en main-d’oeuvre (BMO), Pôle em­ploi, 2018

3. Etude de ré­mu­né­ra­tion 2019, du tech­ni­cien au cadre di­ri­geant, Page Group.

DIS­TRI­BU­TION! COM­MERCE : LE PLUS GROS CRÉA­TEUR D’EM­PLOIS DANS LES DIX ANS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.