Une concer­ta­tion, oui, mais comment ?

Le Parisien (Hauts de Seine) - - FAIT DU JOUR -

MAIN­TE­NANT, la pa­role est au peuple ! C’est en sub­stance le mes­sage adres­sé hier par Em­ma­nuel Ma­cron lors de son dis­cours pré­sen­tant la feuille de route éner­gé­tique des pro­chaines an­nées. Dans un contexte d’in­cer­ti­tude et de co­lère liées au pou­voir d’achat, le pré­sident de la Ré­pu­blique s’en re­met donc à l’avis des Fran­çais qui vont être consul­tés au cours des trois pro­chains mois. Le but ? Sor­tir de la crise des Gi­lets jaunes en fai­sant des pro­po­si­tions qui au­ront éma­né di­rec­te­ment des ci­toyens. Ma­nière aus­si, pour le chef de l’Etat, de re­mettre un peu d’ho­ri­zon­ta­li­té dans sa pra­tique du pou­voir, lui qui est si sou­vent ac­cu­sé d’être un pré­sident dé­ci­dant seul de­puis Pa­ris. « On a beau­coup fait pour mo­der­ni­ser le pays. Il nous faut main­te­nant le dé­mo­cra­ti­ser », concède le dé­pu­té LREM Au­ré­lien Ta­ché.

« L’idée, c’est de dire qu’on a peu­têtre des so­lu­tions à Pa­ris, mais il faut en par­ler avec tout le monde », ex­plique un proche d’Edouard Phi­lippe, à pro­pos de cette grande concer­ta­tion de ter­rain. Charge a jus­te­ment été don­née au Pre­mier mi­nistre d’en dé­fi­nir le mo­dus ope­ran­di. Comment se­ra or­ga­ni­sée cette consul­ta­tion ? Les réunions se tien­dront-elle à l’éche­lon des ré­gions, des dé­par­te­ments ou des com­munes ? Et par qui se­ront-elles ani­mées ? « Rien n’est ar­rê­té. Il va d’abord consul­ter les membres du Conseil na­tio­nal de la tran­si­tion éco­lo­gique, no­tam­ment des élus lo­caux, des re­pré­sen­tants de la so­cié­té ci­vile ou en­core des or­ga­ni­sa­tions d’em­ployeurs et syn­di­cales, pour pré­sen­ter d’ici ven­dre­di la mé­thode », ex­plique Ma­ti­gnon. Hier, les par­le­men­taires de la ma­jo­ri­té ont éga­le­ment fait sa­voir qu’ils en­ten­daient bien s’in­ves­tir dans cette consul­ta­tion qui « per­met­tra de re­cen­ser les ini­tia­tives lo­cales pour voir comment les étendre et les concré­ti­ser sous forme d’un dé­cret ou d’une loi », com­mente le pré­sident de la com­mis­sion des Af­faires éco­no­miques, Ro­land Les­cure.

Ce qui n’em­pêche pas les dé­pu­tés de l’op­po­si­tion d’ex­pri­mer clai­re­ment leurs doutes, voire même leur dé­cep­tion. « A ceux qui se de­mandent comment bou­cler leur bud­get dans trois jours, Em­ma­nuel Ma­cron ré­pond : ren­dez-vous dans trois mois… » grince ain­si Ma­rine Le Pen. « Plu­tôt que d’agir au­jourd’hui, Ma­cron va re­lan­cer trois mois de concer­ta­tion, un Haut Conseil… Dix ans après le Gre­nelle de l’en­vi­ron­ne­ment, cinq ans après la confé­rence en­vi­ron­ne­men­tale. In­ac­tion cou­pable », y va car­ré­ment Ju­lien Bayou, le porte-pa­role des Verts.

JANNICK ALIMI ET OLI­VIER BEAU­MONT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.