Le con­ser­va­toire ac­corde ses vio­lons avec Saint-Ger­main-en-Laye

Faute d’ar­gent, les struc­tures de Rueil et de la ville des Yve­lines mu­tua­lisent leurs moyens pour pro­té­ger les cycles di­plô­mants.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - HAUTS-DE-SEINE - PA▶ DA­VID LIVOIS

ILS HARMONISENT leur par­ti­tion. Tous deux vi­sés par de sé­rieuses me­sures d’éco­no­mies, les conser­va­toires de Rueil-Mal­mai­son et SaintGer­main-en-Laye (Yve­lines) mu­tua­lisent leurs moyens. Une col­la­bo­ra­tion of­fi­cia­li­sée par la si­gna­ture d’une conven­tion, hier ma­tin, en pré­sence des maires (LR) des deux villes, Pa­trick Ol­lier et Ar­naud Pé­ri­card.

L’ob­jec­tif de ce par­te­na­riat entre le con­ser­va­toire à rayon­ne­ment ré­gio­nal de Rueil-Mal­mai­son et le con­ser­va­toire à rayon­ne­ment dé­par­te­men­tal de Saint-Ger­main-en-Laye est simple : conso­li­der, par la mise en com­mun des res­sources hu­maines et ma­té­rielles, la pré­pa­ra­tion des élèves au cer­ti­fi­cat d’études théâ­trales (CET), au di­plôme d’études théâ­trales (DET) et au di­plôme d’études mu­si­cales (DEM). Des for­ma­tions de 3e cycle que les deux struc­tures pou­vaient dif­fi­ci­le­ment as­su­mer seules, faute d’ar­gent.

« LE DÉSEN­GA­GE­MENT DE L’ETAT PÈSE LOU▶D SU▶ DES ST▶UCTU▶ES COMME LES NÔT▶ES » FA­BRICE BRUNAUD, DI­REC­TEUR DU CON­SER­VA­TOIRE DE RUEIL

A Rueil, ce manque d’ar­gent est ap­pa­ru au grand jour au prin­temps. Les plus grands noms de la mu­sique clas­sique comme les chefs d’or­chestre Jean-Claude Ca­sa­de­sus et Fran­çois-Xa­vier Roth, la vio­lon­cel­liste Ophé­lie Gaillard ou le vio­lo­niste Re­naud Ca­pu­çon, s’étaient émus des me­naces qui pla­naient sur le con­ser­va­toire. Un plan dras­tique d’éco­no­mie pré­voyant un coup de ra­bot de 800 000 € et vingt sup­pres­sions de postes avait même été ima­gi­né pour cette struc­ture, la plus coû­teuse de la ville, avec son bud­get de 5,5 M€.

Au terme d’une im­por­tante mo­bi­li­sa­tion des pa­rents d’élèves et après une pé­ti­tion pa­ra­phée par plus de 12 600 si­gna­taires, les coupes bud­gé­taires avaient fi­na­le­ment été re­vues à la baisse par Pa­trick Ol­lier, qui di­sait alors ne pas vou­loir pas mettre en pé­ril l’ave­nir des cycles su­pé­rieurs et de per­fec­tion­ne­ment. Mais en an­non­çant que l’ef­fort de­man­dé se li­mi­te­rait à 380 000 €, l’élu avait aus­si sou­li­gné l’im­pé­rieuse né­ces­si­té de ré­duire les coûts.

Pour y par­ve­nir, c’est l’op­tion de la sy­ner­gie qui a donc été choi­sie après une pre­mière aug­men­ta­tion des ta­rifs en mai. « On ne se contente pas de mu­tua­li­ser nos moyens, on étend aus­si notre offre, nuance Oli­vier de la Serre, ad­joint au maire de Rueil en charge de la culture. Nos élèves pour­ront do­ré­na­vant suivre des cours de théâtre à Saint-Ger­main où il existe dé­jà une équipe so­lide. Jus­qu’alors, ce n’était pas pos­sible… »

« L’union fait la force, ré­sume pour sa part Fa­brice Brunaud, le di­rec­teur du con­ser­va­toire de Rueil. Il faut sa­voir que le désen­ga­ge­ment de l’Etat pèse lourd sur des struc­tures comme les nôtres. Ce type de conven­tion ap­pa­raît comme un bon moyen de faire face. Dans notre cas, cette mise en ré­seau est fa­vo­ri­sée par la proxi­mi­té géo­gra­phique des deux conser­va­toires et la pré­sence de trans­ports en com­mun. »

Rueil-Mal­mai­son. Au prin­temps, le con­ser­va­toire a rayon­ne­ment ré­gio­nal a dû faire face à d’im­por­tantes coupes bud­gé­taires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.