Coup de pouce aux éner­gies vertes

Le Parisien (Hauts de Seine) - - FAIT DU JOUR - ÉMI­LIE TORGEMEN

« L’ÉLEC­TRI­CI­TÉ PRO­DUITE

en France de­main se­ra en quelque sorte la fille de l’air, du so­leil, et je n’ou­blie pas l’eau. » L’en­vo­lée ly­rique hier du pré­sident sur les re­nou­ve­lables n’a vi­si­ble­ment pas sé­duit tout le monde, alors qu’il ré­af­fir­mait l’ob­jec­tif de 40 % de la pro­duc­tion élec­trique re­nou­ve­lable à l’ho­ri­zon 2030 (contre 17 % en 2017). Plus prag­ma­tique le mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment, Fran­çois de Rugy, rap­pe­lait : « C’est de l’éner­gie made in France qui crée de la pro­duc­tion dans les ter­ri­toires », ou­bliant op­por­tu­né­ment que les pan­neaux so­laires sont presque tous made in Chi­na.

Le coup d’ac­cé­lé­ra­teur le plus fort concerne d’ailleurs l’éner­gie so­laire, dont la pro­duc­tion doit être mul­ti­pliée par cinq en dix ans. Le gou­ver­ne­ment s’ap­puie no­tam­ment sur les pro­jets d’EDF, qui pré­voit de dé­ve­lop­per 30 gi­ga­watts de ca­pa­ci­té pho­to­vol­taïque d’ici à 2035. Les pros du so­laire, réunis dans Ener­plan, se frot­taient les mains lun­di se di­sant « heu­reux de consta­ter que les ob­jec­tifs fixés sont to­ta­le­ment en ligne avec ceux qu’ils avaient dé­fen­dus ».

PROPRES MAIS PAS TROP CHÈRES

Du cô­té de l’éner­gie éo­lienne souffle en re­vanche un vent de dé­cep­tion. Le parc éo­lien ter­restre se­ra mul­ti­plié par trois d’ici à 2028. « Juste sa­tis­fai­sant » pour France éner­gie éo­lienne, qui es­time ce­pen­dant que « les ja­lons po­sés pour l’éo­lien en mer ne per­met­tront pas d’as­su­rer une tran­si­tion éner­gé­tique pé­renne, ni de dé­ployer cette fi­lière in­dus­trielle et les em­plois qui y sont at­ta­chés ». Se­lon les an­nonces gou­ver­ne­men­tales, l’éo­lien en mer va émer­ger dou­ce­ment, avec un maxi­mum de 5,2 gi­ga­watts en 2028. L’ou­ver­ture du pre­mier parc off­shore au large de Saint-Na­zaire est at­ten­due avec im­pa­tience avant la fin du quin­quen­nat.

Le coup de pouce ac­cor­dé aux éner­gies vertes pas­se­ra de 5 Mds€ par an à « 7 à 8 Mds€ », a pro­mis Em­ma­nuel Ma­cron. En pleine grogne so­ciale au­tour de la fis­ca­li­té éco­lo­gique, le chef de l’Etat a mar­te­lé son exi­gence d’une éner­gie propre certes, mais pas trop chère. « Nous concen­trons nos ef­forts sur le dé­ve­lop­pe­ment des éner­gies re­nou­ve­lables les plus com­pé­ti­tives et, parce que nous veillons au pou­voir d’achat des Fran­çais, nous se­rons exi­geants avec les pro­fes­sion­nels sur la baisse des coûts », a-t-il dit.

Le gou­ver­ne­ment, qui es­time que les prix de pro­duc­tion du gaz re­nou­ve­lable sont éle­vés, a re­dit que le sou­tien pu­blic à son dé­ve­lop­pe­ment dé­pen­dra « des baisses de coûts réel­le­ment ob­ser­vées ». Sur le rem­pla­ce­ment des chau­dières au fioul, le fonds cha­leur, pi­lo­té par l’Ademe,qui pro­pose chau­dières bois, pan­neaux so­laires, ré­cu­pé­ra­teur de cha­leur, pompe à cha­leur géo­ther­mique, se­ra do­té de 350 M€ en 2020 (+ 43 % par rap­port à 2018).

Plus gé­né­ra­le­ment, les as­so­cia­tions de dé­fense de l’en­vi­ron­ne­ment ont af­fi­ché leur scep­ti­cisme. Alors que Ma­cron a re­fu­sé d’op­po­ser éner­gie nu­cléaire et éner­gie re­nou­ve­lable, elles craignent une nou­velle ver­sion du « et en même temps » pré­si­den­tiel. Pour Green­peace par exemple, le « ver­rou » fixé par Em­ma­nuel Ma­cron sur le nu­cléaire ren­dra « plus que dif­fi­cile » l’at­teinte de 40 % d’élec­tri­ci­té d’ori­gine re­nou­ve­lable en 2030.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.