Le PSG en voyage d’af­faires

Les Pa­ri­siens ont élu do­mi­cile au Qa­tar. Un pas­sage obli­gé pour le club, tou­jours sous la me­nace du fair-play fi­nan­cier.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SPORTS - DE NOTRE EN­VOYÉ SPÉ­CIAL RO­NAN FOLGOAS À DO­HA (QA­TAR)

SOI­GNER LES SPON­SORS LO­CAUX, bi­chon­ner l’image du Qa­tar en France et à l’in­ter­na­tio­nal tout en pré­pa­rant la se­conde par­tie de la sai­son. C’est la feuille de route, bien rem­plie, de la dé­lé­ga­tion du PSG qui s’est po­sée hier soir à Do­ha, la ca­pi­tale de l’émi­rat du Qa­tar. Une cen­taine de sa­la­riés du club, dont l’en­semble des joueurs pro­fes­sion­nels (à l’ex­cep­tion de Las­sa­na Diarra et Adrien Ra­biot, lire ci-contre), par­ti­cipent à ce sé­jour bap­ti­sé Qa­tar Win­ter Tour. Il doit du­rer quatre jours avec un re­tour pro­gram­mé jeudi soir à Pa­ris.

D’ici là, Ney­mar, Mbap­pé, Ca­va­ni et leurs co­équi­piers se se­ront li­vrés à des opé­ra­tions de com­mu­ni­ca­tion, au ser­vice du co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion de la Coupe du monde 2022 et des deux prin­ci­paux par­te­naires du club : la Qa­tar Na­tio­nal Bank et l’of­fice de tou­risme qa­ta­rien. Ce ma­tin, par exemple, les uns dé­am­bu­le­ront dans le nou­veau mé­tro de Do­ha sous l’oeil des ca­mé­ras, quand d’autres res­pi­re­ront l’air du dé­sert. De belles images cen­sées pro­mou­voir l’émi­rat comme pays hôte du pro­chain Mon­dial et comme des­ti­na­tion tou­ris­tique.

LA VA­LEUR DU CONTRAT D’IMAGE

TOU­JOURS À L’EXA­MEN

Car le PSG est bien plus qu’une équipe de foot­ball. De­puis 2012, le club est en ef­fet in­ves­ti d’un rôle d’am­bas­sa­deur du Qa­tar, dans le cadre d’un contrat avec le Na­tio­nal Tou­rism Coun­cil (ex-QTA). Sur le fond, tou­te­fois, rien n’a chan­gé. Ce contrat d’image rap­porte en­core cette sai­son plus de 100 M€. L’es­ti­ma­tion de sa « va­leur réelle » a oc­cu­pé des équipes de consul­tants man­da­tés par l’UEFA comme par le PSG. La chambre d’ins­truc­tion du FPF, re­la­ti­ve­ment conci­liante, a fi­ni par ac­cor­der un re­trai­te­ment de la va­leur du contrat au­tour de 58 M€ an­nuels mais a exi­gé sa non-pro­lon­ga­tion au-de­là de 2019. Pour la chambre de ju­ge­ment, beau­coup plus ra­di­cale, ce contrat ne vau­drait que 4 M€. L’af­faire est loin d’être ter­mi­née puis­qu’un ré­exa­men a été or­don­né. Le PSG a fait ap­pel et la pro­cé­dure est sus­pen­due à une dé­ci­sion du Tri­bu­nal ar­bi­tral du sport. En at­ten­dant le dé­noue­ment, le PSG veut don­ner au­tant de consis­tance que pos­sible à ce par­te­na­riat. C’est aus­si pour cette rai­son que le club s’est mis en quatre pour or­ga­ni­ser et main­te­nir cette tour­née hi­ver­nale. Après le re­port du match PSG - Mont­pel­lier (17e jour­née de L 1) — lié au mou­ve­ment des Gi­lets jaunes —, la Ligue de foot­ball pro­fes­sion­nel sou­hai­tait re­pro­gram­mer la ren­contre en mi­lieu de se­maine, la seule date libre avant un bon mo­ment. La di­rec­tion pa­ri­sienne a pe­sé de tout son poids pour faire pen­cher la ba­lance en sa fa­veur. Le match au­ra fi­na­le­ment lieu le 20 fé­vrier et la tour­née au Qa­tar a été sau­vée.

L’en­traî­neur Thomas Tu­chel, lui, en­tend faire suer ses hommes sous le so­leil de Do­ha. Et pro­fi­ter de cette se­maine sans match pour réa­li­ser une pré­pa­ra­tion phy­sique digne de ce nom. Ob­jec­tif : at­teindre un pre­mier pic de forme le 12 fé­vrier, jour du 8e de fi­nale al­ler de Ligue des cham­pions sur le ter­rain de Man­ches­ter Uni­ted. Cinq séances d’en­traî­ne­ment ont été pro­gram­mées, dont deux de­main. Avant le re­tour au Cham­pion­nat de France, sa­me­di face à Guin­gamp. Un autre monde.

« THOMAS TU­CHEL EST AF­FEC­TUEUX, MAIS IL SAIT AUS­SI TI­RER LES OREILLES QUAND IL LE FAUT »

NEY­MAR, À PRO­POS DE SON EN­TRAέNEUR, DANS UNE IN­TER­VIEW À BEIN SPORTS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.