Le pro­grès, c’est eux !

Se­lon un son­dage que nous dé­voi­lons, le père du coeur ar­ti­fi­ciel, Alain Car­pen­tier, et le fon­da­teur de Mi­cro­soft, Bill Gates, sont ceux qui in­carnent le mieux les der­nières évo­lu­tions tech­no­lo­giques.

Le Parisien (Oise) - - SOCIÉTÉ - PAR VINCENT MONGAILLARD

DER­RIÈRE chaque pro­grès, il y a un homme ou une femme, un pion­nier, un in­ven­teur. Qui in­carne le mieux ces pe­tites et grandes ré­vo­lu­tions tech­no­lo­giques, scien­ti­fiques, nu­mé­riques, pra­tiques… de­puis la fin du XXe siècle ? L’Aca­dé­mie des tech­no­lo­gies, éta­blis­se­ment pu­blic ad­mi­nis­tra­tif sous tu­telle du mi­nis­tère de la Re­cherche, et l’ins­ti­tut de son­dage Opi­nionWay ont de­man­dé aux Fran­çais quels étaient, se­lon eux, les vi­sages du pro­grès, dans l’Hexa­gone comme à l’étran­ger. Voi­ci, en ex­clu­si­vi­té, les ré­sul­tats de cette étude.

Se­lon les son­dés, c’est Alain Car­pen­tier, le chi­rur­gien et car­dio­logue ayant créé et im­plan­té le pre­mier coeur ar­ti­fi­ciel au­to­nome, qui sym­bo­lise le mieux le pro­grès en France.

« Avec ce grand sa­vant, on a le pro­grès au ser­vice de l’homme. Le coeur, c’est l’image même de la vie pour beau­coup de gens. L’idée qu’on puisse en in­ven­ter un avec des pompes, des valves… est consi­dé­rée comme une grande per­for­mance par le grand pu­blic », com­mente Bru­no Jar­ry, pré­sident de l’Aca­dé­mie des tech­no­lo­gies, sorte de think tank qui re­met des rap­ports au gou­ver­ne­ment sur les cel­lules souches ou l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle.

L’in­té­res­sé se dit très ho­no­ré. « Les Fran­çais ont, je l’es­père, très cer­tai­ne­ment dû ré­flé­chir à deux fois avant de don­ner cette ré­ponse qui me touche », confie Alain Car­pen­tier, 85 ans, ad­mi­nis­tra­teur de la so­cié­té Car­mat, qui dé­fi­nit le pro­grès comme « gé­né­ra­le­ment un mieux-être du­rable et par­ta­gé ». A en croire l’en­quête, c’est dans le do­maine de la san­té et de la re­cherche mé­di­cale (64 %) que les per­sonnes in­ter­ro­gées at­tendent le plus de pro­grès. « La mé­de­cine est la plus belle ma­ni­fes­ta­tion de la so­li­da­ri­té hu­maine », ré­sume le pro­fes­seur.

L’IN­VEN­TEUR DES CARTES À PUCE A CHAN­GÉ NOS VIES

Des mil­lions de Fran­çais, uti­li­sa­teurs d’une carte de cré­dit, d’une carte SIM dans les té­lé­phones por­tables, d’une carte Vi­tale ou d’une carte Na­vi­go pour voya­ger dans les trans­ports en com­mun fran­ci­liens, peuvent lui dire mer­ci. Vé­ri­table Géo Trou­ve­tou, Ro­land Mo­re­no, concep­teur de la carte à puce dé­cé­dé en 2012, ar­rive en deuxième po­si­tion der­rière Alain Car­pen­tier. « Ce grand in­gé­nieur in­carne le prin­cipe du pro­grès par­ta­gé. On peut en me­su­rer l’im­pact au quo­ti­dien. Son in­ven­tion a pris une di­men­sion mon­diale », ap­plau­dit Bru­no Jar­ry, an­cien cher­cheur en gé­né­tique. Il a une lon­gueur d’avance sur le spa­tio­naute très mé­dia­tique Tho­mas Pes­quet, en mis­sion dans la Sta­tion spa­tiale in­ter­na­tio­nale entre no­vembre 2016 et juin 2017. « C’est un re­mar­quable com­mu­ni­cant sur la réus­site de la tech­no­lo­gie qui fait rê­ver », ex­plique l’ex­pert.

Dans les per­son­na­li­tés étran­gères re­pré­sen­tant le mieux le pro­grès, les Fran­çais dé­si­gnent d’abord Bill Gates (32 %), co­fon­da­teur du géant de l’in­for­ma­tique Mi­cro­soft. « Dès 1975, il a eu la vi­sion qu’il y au­rait de l’in­for­ma­tique par­tout. Il a mis au point un sys­tème qui marche chez tout le monde », dé­crypte Da­niel Ich­biah, spé­cia­liste des nou­velles tech­no­lo­gies qui vient de pu­blier « Mark Zu­cker­berg » (Edi­tions de La Mar­ti­nière), la bio­gra­phie du PDG de Fa­ce­book.

Le mil­liar­daire phi­lan­thrope pré­cède Jack Kil­by (25 %), in­ven­teur du cir­cuit in­té­gré et de la puce élec­tro­nique, Steve Jobs (16 %), co­fon­da­teur d’Apple, Elon Musk (10 %), créa­teur de Tes­la et Spa­ceX, Lar­ry Page (8 %), pa­pa de Google, et en­fin Mark Zu­cker­berg (4 %).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.