Avant Nogent, Creil avait aus­si dé­fié Lens

Les joueurs de Creil avaient af­fron­té les Nor­distes, eux aus­si au 7e tour de la Coupe de France, en 2013. Conseils entre voi­sins.

Le Parisien (Oise) - - OISE - FRÉ­DÉ­RIC VAN DE PONSEELE

CE MATCH-LÀ, les joueurs de Creil ne l’ou­blie­ront ja­mais. Il y a cinq ans, qua­si­ment jour pour jour, ils avaient eu l’hon­neur de croi­ser le che­min du RC Lens. Même lieu, au stade Pier­reB­ris­son de Beau­vais et même cadre, au 7e tour de la Coupe de France, la ren­contre avait été vite pliée pour les pros (0-5) contre le Pe­tit Pou­cet oi­sien. Qu’im­porte, au­jourd’hui, ils portent un re­gard il­lu­mi­né sur cette ren­contre qui les a mar­qués à vie.

RES­TER SOI-MÊME ET JOUER LI­BÉ­RÉ

I« Faire le clap­ping avec les joueurs de Lens, j’en ai en­core des fris­sons, ra­conte Kof­fi Alo- fa, qui joue au­jourd’hui à Chan­tilly (N 3). Je sou­haite aux No­gen­tais de vivre au­tant d’émo­tions. » Evi­dem­ment, avec le re­cul, les Creillois savent les er­reurs à ne pas com­mettre : « Il faut res­ter soi-même, es­time l’ex-dé­fen­seur Alexis Gug­gi­no (27 ans), qui a ar­rê­té le foot­ball. Nous avions tout chan­gé, no­tam­ment la pré­pa­ra­tion. Fi­na­le­ment, nous avions per­du nos re­pères. » Au­teur d’un but re­fu­sé pour hors-jeu, Ma­lek Lou­nis est d’ac­cord avec son an­cien co­équi­pier. « C’était vrai­ment n’im­porte quoi : faire une mise au vert, ça par­tait d’une bonne idée. Mais au fi­nal, on s’était cou­chés à 4 heures du mat, pour se ré­veiller le len­de­main, à 8 heures et al­ler à l’en­traî­ne­ment, com­plè­te­ment cre­vés ! »

TE­NIR LE 0-0

LE PLUS LONG­TEMPS POS­SIBLE

IL’ac­tuel can­ti­lien Oli­vier Sue­dois se sou­vient, lui, de l’inu­tile pres­sion. « A cause de ça, nous étions un peu in­hi­bés. En face, c’était un club pro qui nous avait pris très au sé­rieux. Nous n’avions au­cune chance de pas­ser… » Sous les ca­mé­ras d’Eu­ro­sport, les Creillois s’en étaient plu­tôt pas mal ti­rés, mal­gré tout face au lea­der de la Ligue 2. « Ce n’est ja­mais agréable de prendre 5 buts pour un gar­dien, se sou­vient Ju­nior N’Ti­ma, qui évo­lue main­te­nant Chan­tilly. Je me rap­pelle sur­tout de Lensois très res­pec­tueux et un pu­blic plu­tôt cha­leu­reux. »

En­fin, Ta­mad­jan Dia­ki­té, qui était l’en­traî­neur de Creil (DH, soit la 6e di­vi­sion), en­cou­rage vi­ve­ment Nogent à la pru­dence. « Nous avions joué en 4-4-2, pré­cise-t-il. Ce­la nous avait coû­té cher. Contre des pros, il faut d’abord bien dé­fendre et te­nir le 0-0 le plus long­temps pos­sible… »

Beau­vais, 17 no­vembre 2013. Joueurs lensois et creillois (en rouge, l’Oi­sien d’alors Kof­fi Alo­fa) avaient par­ta­gé un clap­ping avec le pu­blic de Pierre-Bris­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.