« Il fait meilleur de­hors que chez moi »

Une mère de fa­mille pri­vée de chauf­fage de­puis trois jours, comme plu­sieurs lo­ca­taires du Pla­teau Rou­her.

Le Parisien (Oise) - - OISE - PAR SI­MON GOURRU

QUELQUES FLO­CONS de neige ont fait leur ap­pa­ri­tion dans le ciel creillois mar­di. Tout comme les pre­mières tem­pé­ra­tures né­ga­tives. De quoi don­ner en­vie de res­ter au chaud, chez soi. Mais pas pour les lo­ca­taires du bloc si­tué du 1 au 9 de la rue Paul-Va­le­ry, sur le Pla­teau Rou­her de Creil. Ces 22 fa­milles sont sans chauf­fage de­puis lun­di. Plu­sieurs ha­bi­tants des rues Hen­riDu­nant et Gé­rard-de-Ner­val se­raient aus­si tou­chés.

Tous ces lo­ca­taires ont en com­mun leur bailleur : le Lo­ge­ment fran­ci­lien, de­ve­nu 1001 Vies ha­bi­tat. L’hi­ver der­nier, dé­jà, tous avaient connu la même si­tua­tion. « De­puis leur chan­ge­ment de nom, nous n’avons plus de res­pon­sable, nous sommes ren­voyés vers une plate-forme té­lé­pho­nique », peste un père de fa­mille.

LE BAILLEUR MET EN CAUSE UN SOUS-TRAI­TANT

Hier ma­tin, ils étaient une di­zaine à pro­tes­ter de­vant les lo­caux du bailleur so­cial. « C’est le même pro­blème chaque an­née, souffle Sa­mi­ra, mère de cinq en­fants. Si c’est ré­cur­rent, pour­quoi on ne traite pas le pro­blème en été, quand nous n’avons pas be­soin du chauf­fage ? Là, il fait meilleur de­hors que chez moi. » Des sou­cis d’eau chaude ont aus­si été consta­tés. « Ce­la marche en al­ter­nance. Nous payons à l’an­née mais ça ne fonc­tionne pas quand nous en avons be­soin. »

Pour 1001 Vies ha­bi­tat, c’est un sous-trai­tant qui est en cause. « Il y a un pro­blème d’en­tar­trage lié à un dé­faut d’en­tre­tien, et ce mal­gré deux de­mandes d’in­ter­ven­tion for­mu­lées en juillet et en sep­tembre. » Le bailleur as­sure, qu’à sa de­mande, un dé­tar­trage chi­mique doit être réa­li­sé au­jourd’hui afin de re­mettre le chauf­fage le plus vite pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.