Pré­lè­ve­ment à la source : la grande crainte du 2 jan­vier

Le Parisien (Oise) - - FAIT DU JOUR - UN RE­PRÉ­SEN­TANT DU SYN­DI­CAT SO­LI­DAIRES-FI­NANCES PU­BLIQUES A.L. ET M.PE.

ALERTE TSU­NA­MI ! Une vague de con­tri­buables va dé­fer­ler dans les centres des im­pôts le 2 jan­vier. « C’est la date exacte à par­tir de la­quelle le fisc pren­dra en compte les de­mandes — nais­sance d’un en­fant, di­vorce, perte d’un em­ploi, dé­cès — pour mo­di­fier le taux d’im­po­si­tion d’un contri­buable, dé­taille Phi­lippe La­get, dé­lé­gué syn­di­cal CGT à Mar­seille (Bouches-du-Rhône). Ac­tuel­le­ment, les lo­gi­ciels ne le per­mettent pas. Mais le pro­blème, en jan­vier, c’est que ces mo­di­fi­ca­tions ne se­ront prises en compte qu’avec un dé­lai par les en­tre­prises ».

Et là où le bât blesse, dans le cli­mat de ten­sions ac­tuel, c’est que ce n’est pas le mes­sage dé­li­vré par la Di­rec­tion gé­né­rale des fi­nances pu­bliques (DGFiP). « Le mi­nistre des Comptes pu­blics pro­met que la mo­di­fi­ca­tion du taux se­ra ef­fec­tive le mois sui­vant, s’agace Jo­sé Na­var­ro, re­pré­sen­tant CGT dans un centre des fi­nances pu­bliques des Hau­tesPy­ré­nées. C’est faux ! Elle ne se­ra pas prise en compte le mois sui­vant. Si bien qu’en jan­vier-fé­vrier, il y au­ra plein de si­tua­tions conflic­tuelles. »

GEL DES CONGÉS ET CDD EN REN­FORT

La DGFiP as­sure s’être mise en ordre de ba­taille. La consigne a ain­si été don­née aux agents de ne pas prendre de congés dé­but 2019. « Il faut que tout le monde soit sur le pont à ce mo­ment-là, as­sume la DGFiP. Cin­quante-six CDD vont éga­le­ment être em­bau­chés, for­més et dé­ployés sur le ter­rain avant la fin de l’an­née pour faire face à l’af­flux de de­mandes des con­tri­buables. »

« Un em­plâtre sur une jambe de bois », es­timent en choeur les syn­di­cats de Ber­cy. Certes, ces CDD pour­ront ré­pondre à quelques ques­tions clas­siques sur le pré­lè­ve­ment à la source mais cer­tai­ne­ment pas gé­rer toutes les si­tua­tions. « Nous­mêmes, nous ne sommes pas en­core au point, sou­pire Ber­nard Gen­tilleau, agent des im­pôts et dé­lé­gué syn­di­cal CGT dans les Py­ré­néesO­rien­tales. Nous re­ce­vons dix mails par jour de mise à jour de la ré­forme, que nous n’avons même pas le temps de lire, d’au­tant que cer­tains font… 300 pages ! » « Même avec ces me­sures — ren­forts et gel de congés —, nous ne sommes pas per­sua­dés de pou­voir faire face à tous les con­tri­buables en jan­vier », s’alarme Oli­vier Va­de­bout, se­cré­taire gé­né­ral de la CGT-Fi­nances pu­bliques.

Chez les agents du fisc, l’in­quié­tude est réelle. « Avec les Gi­lets jaunes, j’es­père que la jour­née du 2 jan­vier ne se trans­for­me­ra pas en nuit du 4 août (NDLR : celle de l’abo­li­tion des pri­vi­lèges lors de la ré­vo­lu­tion de 1789) », confie un re­pré­sen­tant de So­li­daires-Fi­nances pu­bliques.

“AVEC

LES GI­LETS JAUNES, J’ES­PÈRE QUE LA JOUR­NÉE DU 2 JAN­VIER NE SE TRANS­FOR­ME­RA PAS EN NUIT DU 4 AOÛT 1789

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.