L’uni­ver­si­té Léo­nard-de-Vin­ci se­couée par le meurtre d’un pro­fes­seur

John Dow­ling, un en­sei­gnant de 66 ans, a été poi­gnar­dé hier par un an­cien étu­diant sur le par­vis du pôle uni­ver­si­taire, tout près de La Dé­fense.

Le Parisien (Oise) - - FAITS DIVERS - PAR DA­VID LIVOIS AVEC JEAN-MI­CHEL DÉCUGIS ET ARIANE RIOU

VIVE ÉMO­TION au pôle uni­ver­si­taire Léo­nard-de-Vin­ci. L’éta­blis­se­ment pri­vé, si­tué aux portes du quar­tier d’af­faires de La Dé­fense, pleure l’un de ses en­sei­gnants, poi­gnar­dé à mort, hier, par un de ses an­ciens étu­diants. Aus­si­tôt in­ter­pel­lé, l’homme de 37 ans, d’ori­gine pa­kis­ta­naise, a été pla­cé en garde à vue.

C’est vers mi­di, alors qu’il al­lait dé­jeu­ner, que John Dow­ling, 66 ans, pro­fes­seur d’an­glais d’ori­gine ir­lan­daise, a été pris à par­tie par le sus­pect. Se­lon plu­sieurs té­moins, les deux hommes au­raient eu une brève conver­sa­tion sur le par­vis de la fac avant que l’an­cien étu­diant en ma­na­ge­ment ne porte plu­sieurs coups de cou­teau à la gorge de l’en­sei­gnant.

« Il a en­suite ten­té de fuir, mais deux agents de sé­cu­ri­té de l’uni­ver­si­té l’ont maî­tri­sé jus­qu’à l’ar­ri­vée de la po­lice », rap­porte Shai­ma, une étu­diante convain­cue du ca­rac­tère pré­mé­di­té du geste. Car, se­lon de nom­breux étu­diants, l’agres­seur pré­su­mé nour­ris­sait un pro­fond res­sen­ti­ment à l’égard du pôle uni­ver­si­taire Léo­nard-de-Vin­ci. Un éta­blis­se­ment où il avait été ad­mis en 2016 avant d’en être ex­clu en août 2017. « Il a d’abord sui­vi une sco­la­ri­té nor­male pen­dant plus d’un se­mestre, mais il n’a pas été en me­sure de va­li­der son an­née, pré­cise Pas­cal Brouaye, di­rec­teur gé­né­ral de l’as­so­cia­tion Léo­nard-de-Vin­ci. Il a donc été ex­clu. »

Avait-il ma­ni­fes­té une hos­ti­li­té par­ti­cu­lière en­vers son an­cien pro­fes­seur ? L’es­ti­mait-il res­pon­sable de son échec ? « Pas à notre connais­sance. Il ne sem­blait pas y avoir de conflit entre eux. En tout cas, nous n’avions pas en­ten­du par­ler de me­naces », souffle Sé­bas­tien Tran, di­rec­teur de l’école de ma­na­ge­ment. « Les rai­sons qui l’ont conduit à cet acte sont en­core floues. On ne sait pas s’il s’agit d’une ven­geance », in­dique un proche du dos­sier.

Une cel­lule psy­cho­lo­gique ac­cueille de­puis hier des di­zaines d’étu­diants. Ceux qui ont as­sis­té à la scène, mais aus­si des élèves du pro­fes­seur agres­sé. Un en­sei­gnant « au par­cours exem­plaire » qui de­vait prendre sa re­traite en fin d’an­née sco­laire. « Il avait vingt ans de mai­son et a tou­jours fait preuve d’une ex­trême gen­tillesse, sou­ligne Pas­cal Brouaye. Il était ap­pré­cié de tous… »

C’est vers mi­di, à l’en­trée du pôle uni­ver­si­taire Léo­nard-de-Vin­ci, que s’est pro­duit le drame.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.